AccueilEn ConstructionCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre Mickey, LA et San Francisco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 13:36

Ayant un peu de temps et voyant ce forum un peu vide, je me suis dit que je devais poster ici aussi ce fabuleux voyage fait en août 2010. Et puis, ça permet de se rappeler quelques souvenirs.
Pour les habitués du forum frère (la magie pas à pas) c'est le même article posté mais en une seule partie.

Un petit rappel avant de commencer : Amoureux du monde magique de Disney (et amoureux tout court), nous sommes partis du 19 au 30 août à la découverte d’une (toute petite) partie du Golden State, la Caaaalifornie ! Nous avons consacré la première partie du séjour à la visite DU parc Disney d’origine. Et oui, en tant que fans, on ne pouvait pas aller en Californie sans aller là où tout a commencé. Nous y étions donc du 19 au 21. Nous sommes ensuite partis à l’assaut de Los Angeles du 21 au 24 et à la conquête de San Francisco du 25 au 28 août. Les 29 et 30 août étant consacrés au (long) voyage de retour, ça c'est par marrant.

Nous voici donc à l’aube d’un magnifique voyage…

Jeudi 19/ 8 – Bientôt nous y serons…
Le réveil sonne à 4.30… dur, dur mais, bon, j’étais quand même réveillée depuis un petit quart d’heure et la perspective du voyage nous aide à sortir assez vite du lit. Pas de petit déj, il est trop tôt, par contre un bon café nous fera le plus grand bien. En une heure, on est prêt à quitter ce petit coin de Belgique, direction la capitale et Brussels Airport. Après +/- 1 heure de route et 3 chantiers de travaux, on y arrive. On se gare, on débarque les valises et on va vers le hall. Surprise, on est les premiers au check-in. On a tellement l’habitude des compagnies américaines qui conseillent d’être là 4 heures avant qu’on n’a pas pensé qu’avec Air Canada, 3 heures suffisaient. L’agent de comptoir qui prend nos bagages n’est pas des plus sympathiques, tant pis pour lui, nous on est content car dans quelques heures on sera dans le Royaume magique ! Une fois le check-in fait, on va prendre tranquillement notre petit déjeuner au même endroit que d’habitude. On passe ensuite les contrôles et pour une fois, on ne devra pas faire tout l’aérogare car notre porte d’embarquement est tout au bord (merci Air Canada).



Le vol se passe TB, le repas est correct pour un vol (même si je préfère les lasagnes de Continental Airlines) nous prenons le bœuf, les hôtesses passent souvent pour les boissons. J’irai entre d'eux chercher un verre d’eau et on me donnera directement une petite bouteille. Même si je n’ai pas su dormir, le temps passe assez vite avec les télés individuelles et j’ai cru mourir de rire en regardant le film Cop Out avec Bruce Willis (je vous le conseille), j’ai appris encore plein de petites choses sur Disney grâce à un magnifique reportage « Waking Sleeping Beauty » et j’ai découvert la série Tudors (sur l’histoire d’Henri VIII).





Malgré un départ avec un peu en retard, on arrive à Montréal à l’heure (12.25). Ici, pas besoin de prendre nos bagages, on suit le panneau « Connection USA » et on se retrouve au seul bureau d’immigration, arrivés au bureau, l’officier d’immigration ne nous lâche plus… Il parle de plein de choses mais en fait, il attendait de voir apparaître nos valises sur son écran pour nous laisser passer. J’ai toujours pas compris quand nos valises avaient été prises en photos mais toujours est-il qu’il devait attendre de voir nos bagages. Une fois de plus, ma valise (une samsonite verte fluo que vous verrez sur les photos des chambres) a un succès fou.



Dans cette partie de l’aéroport de Montréal, c’est le grand luxe. En attendant notre vol, on s’installe confortablement dans d'énormes fauteuils comme on n’en voit jamais dans les aéroports. Du coup, l’escale passe très vite. A 14.45, on redécolle pour Los Angeles. Cette fois, on arrive à dormir, on se retrouve donc assez vite de l’autre côté du continent.

Au réveil, on voit qu'on s'approche de LA car voici le Lake Mead (que nous avions vu d'hélico lors de notre séjour à Las Vegas). J'ai essayé de faire des photos de Las Vegas qu'on voyait bien de l'avion mais les photos sont trop floues pour qu'on voit quelque chose ici.



Il est +/- 18.00 quand on arrive en Californie. Une fois arrivés à LA, c’est un peu la galère. J’avais lu que cet aéroport était classé dans le top 5 des pires aéroports du monde et… c’est (je trouve) assez justifié. Grande misère pour retrouver le carrousel à bagages, ensuite grande difficulté pour trouver le panneau pour embarquer dans le Disneyland Express.


Une fois dans le bus, on sent qu’on touche au but. Je ne verrais rien de la route car je tombe endormie aussi vite. Vincent me réveillera au premier stop qui est le Disneyland Hotel (où on reviendra dîner dans l’heure qui suit). C’est ici qu’on paie la navette à un cast qui monte dans le bus. C’est la grande différence avec WDW : pas de Disney Magical Express inclus dans le pris, mais une navette qu’on ne doit pas réserver mais qui coûte 22$ par personne/trajet.

La voici d'ailleurs






Il est +/- 20.00 quand on voit enfin le majestueux et grandiose Disney’s Grand Californian Hotel.





Dès qu’on rentre dans le hall, c’est le choc… Visuel d’abord, tellement ce hall est énoorme et climatique, tellement la clim va à fond, encore plus qu’à WDW (je ne vous dis pas comment le temps du check-in, j’étais gelée). Le check-in se passe très rapidement, la cast est super gentille, une fois les papiers faits, elle nous abandonne quelques instants et revient avec une grappe de ballons, des badges « Happy Anniversary » et une jolie photo dédicacée de Mickey et Minnie…. Tout ça à l’occasion de nos 7 ans de mariage !











Un détail de ces fameux lampadaires


La réception


C’est donc chargé de tout ça, qu’on part découvrir notre chambre et quelle surprise quand on y entre : notre lit est recouvert de pétales de roses qui forment un grand cœur. On est émerveillé car c’est la première fois que ça nous arrive… Même lors de notre voyage de noces (en Grèce) on n’a pas eu ça…





Et voici notre chambre décorée pour célébrer nos 7 ans de mariage


Souvenirs de nos cadeaux




Visite de la chambre (avec quelques photos prises à différents moments)







Et la superbe vue sur DCA...


La salle de bain


Si vous regardez le rideau de douche avec attention vous apercevrez Bambi et Pan-Pan


Le Disney's Grand Californian a ouvert ses portes en 2001 sur le thème des parcs nationaux américains. Depuis 2008-2009, l'hôtel s'est agrandi et propose aussi des villas du Disney's Vacation Club. L'hôtel paraît immense: une partie a vue sur la 1ère partie de DCA, une autre sur la partie Paradise Pier du même parc, une autre donne sur DTD (certaines chambres se situent juste au-dessus des magasins, on accède d'ailleurs au parc Disneyland en passant par DTD), une partie donne sur le parking. Bref, c'est très, très grand. Nous avions pris une chambre vue sur DCA et nous avons eu la chance d'avoir une vue qui donnait sur la partie DCA fait penser aux parcs nationaux: l'attraction Grizzly River Run. Nous avions aussi demandé d'avoir un lit king size (si possible) car les chambres sont en général faites pour 4 personnes. Nos rêves ont été réalisés. Notre chambre donnait sur l'entrée privée de DCA. Il y a une machine à café dans la chambre, elle dispose d'un balcon bien agréable dont on a bien profité. Il y a 3 restaurants dans l'hôtel: le Napa Rose qui est LE restaurant chic du resort (qu'on pensait teste le 1er soir mais on a craqué pour un autre restaurant signature qui nous donnait l'occasion de visiter le Disneyland Hotel), le Storyteller Cafe qui propose des petits déjeuners avec des personnages: Tic et Tac et leurs amis (nous on fera celui du Paradise Pier car il y a Mickey) et une sorte de petit food-court. Il y a aussi 2 bars: le Hearthstone Lounge et le Napa Rose lounge. Il y a 2 piscines au coeur de l'hôtel et un centre de spa et de remise en forme. A noter aussi que le monorail (que nous n'avons pas testé) passe dans les jardins de l'hôtel.

Voici l'entrée de l'hôtel depuis DTD


Notre chambre c'était celle tout en haut. Ici c'est une vue depuis DCA.


L'entrée privée qui permet de rentrer plus tôt dans DCA


Vue de l'hôtel depuis DCA


Détail du hall


Encore une presque pareil que j'aime beaucoup


Comme tout le monde sait qu'il fait très froid en Californie, je me suis réchauffée au coin du feu (qui allait, si, si)


Quelques vues des jolies piscines. Je n'avais jamais vu des matelas si épais sur les chaises longues. Et bien qu'il y ait pas mal de chaises longues, les places étaient rares. Contrairement aux piscines de WDW, ici il faut sa key to the world pour pouvoir entrer.





L'un des 2 bar de l'hôtel




S'il vous manque quelque chose, vous trouverez toujours votre bonheur au magasin de l'hôtel


Après ce tour rapide de ce magnifique hôtel, revenons à notre première soirée...

On dépose nos bagages et on se prépare rapidement car ce soir nous avons une réservation au Steakhouse 55 au Disneyland Hotel. Comme on ne se rend pas encore bien compte des distances, on ne traîne pas. En sortant, on demande à une cast-member le chemin le plus court pour cet hôtel et elle nous indique avec le sourire que le plus rapide c’est de passer par DTD et quand on voit « le grand chapeau de Mickey », on y est… On prend la sortie qui nous mène directement à DTD, on voit qu’on pourra faire plein de shopping et on se dirige tout droit vers le chapeau qui annonce l’entrée du Disneyland Hotel.

Nous voilà donc à l'entrée du Disneyland Hotel... Quelques photos prises un autre jour.







Heureusement que c'est bien fléché parce qu'il y a aussi plusieurs bâtiments à cet hôtel et avec le décalage horaire, il est presque 6.00 du matin en Belgique... On commence donc à fatiguer un peu. Mais quand on arrive devant le restaurant, notre fatigue semble s'envoler....



Le Steakhouse 55 est un des 4 (ou 5) restaurants signatures du Resort. C'est un steakhouse, sa carte est donc accès sur la viande. Le cadre évoque les restaurants de la belle époque du cinéma d'Hollywood. L'ambiance est feutrée (mais pas guindée), il y a d'énormes photos de stars sur les murs, le service était impeccable.







Nous choisissons donc de la viande. Pour moi ce sera le New York Steak accompagné de champignons cuits dans une réduction de vin rouge et pour Vincent le Bone-in Rib Eye maison accompagné de son brocoli gratiné. Petite anecdote: ici, il faut choisir laccompagnement (en plus) de la viande si non vous n'aurez que votre viande.

Mon plat


Et celui de ma moitié


Comme toujours chez Disney (en tout cas de tous les restaurants qu'on a pu faire de part et d'autre des resorts) c'est une grande réussite. La viande est cuite comme il faut, le goût est délicieux et les accompagnements étaient à tomber. On ne change pas nos habitudes... on ne prend toujours pas de dessert. Ce repas nous est revenu à 140$ avec une bouteille de vin blanc et les tips. Le serveur était (comme d'habitude) très aimable, il nous a posé plein de questions sur l'Europe, si on connaissait ce resort, si on avait déjà été à WDW (oui, oui, oui),...

Malgré la fatigue, on fait un petit tour de l'hôtel.

Cet hôtel est mythique pour les fans des parcs Disney car il a ouvert ses portes en... 1955 à l'époque de l'ouverture du 1er parc, il paraît même que c'est le premier hôtel qui a pu porter le nom de Disney. Avant de réserver pour le Grand Californian, on avait beaucoup hésité avec cet hôtel car les chambres refaites sont splendides mais comme il est (un peu) plus loin des parcs et sans l'avantage d'une entrée privée, on a pris le Grand Californian (et nous sommes très heureux).

Le carrelage dans le hall des restaurants


Nous découvrons au fil des couloirs des souvenirs du parc, des décorations fabuleuses et des portraits de génialisme Walt. Je pense que les habitués de Disneyland Paris reconnaîtront une des photos.



Dans le hall, il y a une grande vitrine pleine de souvenirs


Des tickets datant de l'origine du parc




La magnifique fresque dans le hall (tout petit) du bâtiment principal




On rentre à l'hôtel en passant par DTD (hi, hi, hi, on est obligé). Le DTD est bien plus petit qu'à WDW mais il m'a semblé plus grand que le Disney Village de Paris. Les déco et les bâtiments sont très beaux et de jour comme de nuit il y avait une chouette ambiance avec musique live,...



Perso on est pas spécialement fan de lego, mais j'ai pensé à quelques fans alors on est rentré dans la boutique et voici 2 photos que j'ai faites spécialement pour le forum.



J'ai adoré cette énorme girafe!


Après cette première soirée riche en découverte et en Km, notre corps réclame du sommeil. Allez hop, au dodo. On laissera les tentures un peu ouvertes pour voir le parc dès qu'on ouvrira les yeux demain matin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 13:41

Vendredi 20 août : réveil au Royaume magique et découverte du parc mythique
Comme on pouvait s’en douter, malgré la fatigue du voyage, vers 5.00 notre corps n’a plus sommeil… On se lève donc à l’aise car nous avons commandé notre petit déjeuner en chambre entre 6.00 et 6.30. On profite donc de ce réveil matinal pour profiter du lever du soleil sur DCA.





A 6.00 pile, le room service frappe à la porte, on nous amène notre petit déjeuner continental que nous avions commandé la veille au soir en laissant (avant minuit) le papier du room service pendre à la porte. Il y avait plusieurs petits déj proposés, nous avons choisi le plus européen pour cette première journée. Et… c’est excellent, bien présenté et très copieux : café, un grand verre de jus d’orange remplit à ras bord, des viennoiseries et une salade de fruits, le tout présenté sur une jolie desserte. Nous profiterons de notre balcon et de la superbe vue pour prendre ce 1er petit déjeuner de vacances.



Une fois ce 1er repas pris, on se prépare pour être vers 7.30 à l’entrée du parc. On prend donc le chemin qui passe par DTD et on arrive à l’endroit où les sacs sont fouillés et ici surprise après la fouille, on trouve directement à droite les tourniquets pout DCA et à gauche ceux du Disneyland Park, c’est donc par là que nous allons. On commence une file et là petit moment de doute, devait-on oui ou non échanger nos tickets imprimés à la maison ? On se rassure en voyant que nous ne sommes pas les seuls dans le cas. Aux environs de 8.00, les cast arrivent et c’est parti… Aucun soucis pour nos tickets, on nous les échanges contre des tickets normaux aux tourniquets. Et on entend nos premiers « Happy anniversary » grâce aux chouettes badges que nous portons.





Bien que ne connaissant pas le parc, on n’est pas perdu puisque ça ressemble quand même un peu aux 2 MK que nous connaissons. Même si nous nous dépêchons pour aller vers Space Mountain où nous prendrons notre 1er Fastpass, la magie opère et nous sommes tout émotionné… Ça y est, on est dans le parc conçu et créé par le maître… On est enfin dans le tout 1er parc Disney.



Même si le château semble tout petit au bout de Main Street, on peut dire que ça nous fait quelque chose. On revient à la réalité (façon Disney biensûr) et on se dirige là où notre planning nous pousse : un petit tour (à la vitesse de la lumière) dans Tomorrowland pour récupérer les fameux Fastpass pour Space Mountain. On reçoit les 3è et 4è FP du jour (pas mal, hein ?) et puis on aurait dû faire Finding Nemo Submarine Voyage mais ce n’était pas encore ouvert et on devra y retourner 3 fois pour pouvoir enfin essayer de trouver Nemo.





Puisque pour l’instant Nemo n’est pas réveillé, on part à l’assaut de LA montagne du parc : Matterhorn Bobsleds. A l’heure qu’il est, il n’y a pas un chien ça ne restera pas comme ça toute la journée. Cette attraction qui est considérée comme la première attraction à sensation de Disney date de 1959 et on voit bien un petit air de famille avec Expedition Everest. Savez-vous qu’il y a un petit terrain de basket caché au cœur de la montagne ?





Après ce petit tour bien sympathique, nous poursuivons notre balade dans Fantasyland et nous allons faire une petite croisière parmi les poupées du monde.. Vous avez deviné, à nous It’s Small World. Je dis : « à nous » car ici non plus il n’y a personne. L’attraction nous est parue plus étendue que celles de Paris et WDW et l’ajout des personnages par-ci, par-là donne une petite note de fantaisie bien agréable. Hélas pour les photos, ce n’est pas plus évident à prendre que dans les 2 autres parcs.





















En sortant de Small World, on décide de rejoindre Frontierland pour aller chercher un FP à BTM et sur la route on découvre qu’Alice in Wonderland est finalement ouvert ! Quelle chouette surprise, puisqu’aux dernières nouvelles, elle avait dû être fermée pour une question de barres de sécurité manquantes à l’extérieur. Une fois de plus pas d’attente et un bon moment passé dans les rêves d’Alice.









Après ce petit tour surprise chez Alice nous rejoignons d’abord New Orleans Square pour découvrir Haunted Mansion. Nous reviendrons déjeuner et même dîner dans ce land unique qu’on ne retrouve dans aucun autre parc Disney et qui évoque Bourbon Street à la Nouvelle-Orléans. D’ailleurs, il a y des colliers de perles qui pendent sur les balcons comme lors du fameux carnaval.









Mais pour l’instant, direction cette fameuse maison… Que dire, à part : Génial ! Extérieurement, elle est magnifique, c’est une vraie maison de maître digne de la Louisiane comme le désirait Walt qui voulait que tout soit impeccable. L’histoire ressemble plus à celle de WDW que de Paris… Et une fois de plus, l’attraction nous a semblée plus longue, avec des scènes rallongées. Une fois de plus, un grande réussite.









Nous gagnons ensuite Frontierland pour aller chercher un FP à BTM.

Avec ce FP en poche, on retourne tenter notre chance à Nemo après un petit détour pour prendre un autre FP à Roger Rabbit’s Car Toon Spin (qui comme prévu n’est pas connecté aux autres machines FP). C’est avec ces précieux sésames en main que nous allons faire un plongeon « sous l’océan » pour enfin retrouver Nemo. C’est ici qu’on attendra le plus (10’) car l’attraction s’est ouverte entre-temps. Le principe est simple : on prend place dans un sous-marin jaune (attention, l'intérieur n'est pas très grand et on est très serré), on a l’impression qu’on descend dans les profondeurs de l’océan. On découvre d’abord des épaves, des plongeurs et la méchante petite fille du dessin animé, puis on semble descendre encore et là on voit Nemo et ses amis projetés sur des écrans qui se trouvent sous-l’eau. J’imagine que c’est la même technique utilisée à la fin de Nemo à WDW quand on voit les aquariums dans lesquels sont projetés des personnages du dessin animé. Une fois de plus c'est très bien conçu!









On profite ensuite de notre 1er FP de la journée (on voit très vite qu’on a bien fait d’en prendre un dès l’ouverture) et on découvre une nouvelle version de Space Mountain qui n’a rien à voir avec les 2 autres qu’on connait. On prend place côte-à-côte dans la fusée mais il n’y a pas de looping par contre ça va super vite, j’adore !





Nous reprenons notre quête de FP, le suivant sur notre liste c'est celui d'Indiana Jones Adventure qui se trouve dans Adventureland. On profite donc pour découvrir ce land très réussi où se trouve l’une des attractions les plus vieilles du parc : Jungle Cruise.









On retourne ensuite dans New Orleans Square pour aller voir les pirates et THE pirate : Jack Sparrow. Ce qui étonne au 1er abord, c’est la bâtisse dans laquelle se trouve l’attraction : une très belle maison qui n’a rien à voir avec un fort. Quand on regarde d’un peu plus près, on découvre qu’au-dessus de cette fameuse attraction, il a y la fameuse suite qui est offerte tous les jours au hasard à une famille. Enfin, c’était comme ça l’année d’un million de rêve (comme la suite qui se cache dans le château à WDW). J’ai cherché et j’ai trouvé quelques photos… ben, oui, nous n’avons pas eu la chance d’y être invités mais vous verrez que nous aurons une autre surprise dans la journée. A l’origine cette suite fut construite pour Walt lui-même qui se trouvait trop à l’étroit dans l’appartement qu’il occupe au-dessus de la caserne des pompiers de Main Street.











Allons voir Jack...



Comme DLRP avec le Blue Lagoon, nous longeons la terrasse du restaurant le Blue Bayou au début de la croisière
et c'est ici que nous dînerons ce soir.











On file ensuite dans Frontierland pour profiter de notre FP à BTM, personne dans la ligne FP par contre il y a déjà une longue file de l’autre côté. Peu importe le parc et les différences entre les 3 BTM, j’aime toujours cette attraction.











BTM version California








A noter qu'on a déjà su faire beaucoup de choses et qu'il n'est pas encore 12.00...

Après ce petit tour qui décoiffe sur BTM, nous avons rendez-vous avec Roger Rabbit. Et cette fois-ci, on prendra le temps de découvrir le land : Mickey’s Toontown. Ce land est génial ! On l’a trouvé encore plus chouette que celui de WDW. Tout semble sortie d’un cartoon des années 30. Et biensûr, on a l’occasion de visiter la maison de certaines stars et de les rencontrer… On ne résistera pas à rentrer chez Mickey et chez Minnie et aussi de les rencontrer (j’attends mon CD photopass avec impatience). Et on profite de notre FP pour prendre place dans la voiture de Roger Rabbit et faire cette attraction qui est bien chouette.















Avant d'aller chez Mickey, passons voir Roger




Maintenant, allons voir Mickey. Comme vous pouvez le voir, il n'y avait personne.












Maintenant, allons faire un petit coucou à Minnie. Alors que Mickey fait ses photos au bout de sa maison, Minnie, elle les fait à l'entrée de chez elle. On a eu de la chance car Minnie prenait une pause juste après nous, ce qui fait qu'ici aussi nous étions seuls.




Tout le monde sait que Minnie est très coquette...


On voit que Minnie est folle de son chéri: ils sont ensemble en photo, il lui envoie des mails,... Ah, l'amour.




Minnie aime aussi la cuisine... Comme à WDW, on peut jouer dans la cuisine et faire cuire le gâteau qui gonfle.




Le bateau de Donald


La maison de Dingo




L'arbre de Tic et Tac


Mais c'est Dingo...


Pas de doute, on est bien à Mickey's Toontown


Après cette découverte de Toontown – qu’on a adorée – on repart vers New Orleans Square pour le déjeuner car j’ai repéré quelque chose qu’on adore… La clam chowder de la Royal Street Veranda qui est servie ici dans un pain en forme de boule (on en goûtera encore d’autres à San Francisco où c’est la spécialité). Comme à WDW, on opte pour les repas comptoir pour le midi. Une fois de plus, pas de déception, elle était délicieuse et très bien servie. Prix du déjeuner (2 soupes et une bouteille d'eau et un coca light): 25,62 $.





Comme on est un peu fou, c’est le ventre plein qu’on part faire Indiana Jones Adventure… On s’était présenté 2 fois plus tôt dans la journée à l’attraction mais elle était fermée. La 3è fois sera la bonne, on présente nos FP (encore plus précieux au fur et à mesure que la journée avance et qu’une attraction a eu une panne) et c’est parti pour ce voyage dans l’histoire de ce brave aventurier. C’est une version très différente de celles proposées à Paris ou à Orlando : ici point de loopings ou de spectacle décortiqué pour expliquer les cascades mais une attraction dans le même style que DINOSAUR. On embarque dans des grosses jeeps et on suit Indiana Jones dans ses découvertes. On a adoré !... Même si j’avoue que j’ai fermé les yeux dans l’une des dernières scènes où on a l’impression qu’on va être écrasée par un énorme rocher qui roule vers nous.







Après ce voyage mouvementé et génial, on se rend compte qu’on a fait tout ce qu’on voulait faire comme attractions pour aujourd’hui. On prend donc le temps de se balader dans les différents lands du parc, de prendre des photos, de faire les boutiques et on regagne tranquillement l’hôtel vers 14.30 pour une pause piscine bien méritée car il commence à faire très, très chaud.

Voici quelques photos prises pendant cette balade...

Dans Fantasyland
Mad Tea Party


King Arthur Carroussel


Snow White's Scary Adventures


Peter Pan's Flight


Dumbo the Flying Elephant


Sleeping Beauty Castle


Une photo "comme à l'époque" ou presque




Détail arrière du château


L'arrière du château


Les statues autour de Central Plaza (comme à WDW)






Central Plaza et ses véhicules


Dans Main Street






Arrivé à l’hôtel, on saute dans nos maillots de bain et direction la piscine. Ici, on doit glisser sa Key to the world pour entrer. On prend des serviettes en passant et on part à la recherche de 2 sièges… Après avoir fait tout le tour, on en trouve juste à l’entrée à côté de la 1ère piscine. On s’installe, on va faire un petit plongeon… L’eau est bonne mais il fait tellement chaud que je la trouve fraîche. Je vais donc dans le jacuzzi. On profite de nos chaises longues et des matelas super épais. Comme il fait très chaud, on ne restera allongé qu'une demi-heure… Bon je sais, vous allez me dire c’est parce qu’en tant que Belge, on ne supporte pas la chaleur et bien même pas… J’ai passé toutes mes vacances sous le soleil espagnol depuis ma plus tendre enfance et le soleil ça me connaît… Mais ici, je ne veux qu’une chose : la clim’ – Faut être dingue pour qu’une frileuse comme moi la réclame mais il fait vraiment chaud : je dirai un petit 40°C.

On décide donc de rejoindre la fraîcheur de notre chambre pour se reposer un peu et prendre une bonne douche avant de rejoindre le parc pour assister à la Celebrate ! A Street Party ! La parade étant à 18.30, on retourne au parc vers 17.30, histoire d’être là bien à l’avance. J’avais lu que pour le 2è passage de la parade dans la journée, l’idéal était de s’installer devant l’Emporium.
Bien qu’il y ait déjà bien du monde, on trouve une petite place pour s’asseoir…
On ne restera pas assis très longtemps… On voit débarquer des cast habillés comme des charpentiers, des ouvriers mais avec des vêtements très colorés. Et bien oui, j’avais lu qu’il y avait une sorte de pré-parade des volontaires, ça doit être ça…
Mais, il n’y a pas de musique, ils ne dansent pas, ils ne font que promener dans Main Street… Question
Et soudain, une des cast nous regarde avec insistance. Je me dis, tiens, je dois ressembler à quelqu’un qu’elle connaît.
Et puis, elle s’approche – mais enfin, j’ai rien fait, je le jure What a Face – et c’est là que la magie Disney entre en action…
Elle nous propose de participer à la fameuse VoluntEars Cavalcade en prenant place sur un char. cheers cheers
Lors de nos voyages à WDW, je me suis toujours demandé comment les familles qui participaient aux parades faisaient pour profiter du spectacle… alors ma première question est celle-là : est-ce qu’on pourra quand même voir la parade ? Car c’est le seul jour où on sera dans ce parc. Elle nous dit oui sans problème, qu’on aura même une place réservée à l’autre bout du parcours (devant It’s small world) alors on n’hésite pas un instant et on dit : « Yes, we can and we want ! ».
On rejoint alors 2 familles qui prendront place dans les voitures et 2 autres couples (un qui sera avec nous sur le char et l’autre dans une des voitures). On discute avec les uns et les autres, on nous place par groupe selon le char… on n’a pas choisi : on sera sur celui de Peggy et Kermit (ben oui...), on nous donne un badge, on signe une sorte de contrat qui dit qu’on laisse nos droits pour les photos et qui protège Disney en cas d’accident et on nous explique qu’on va aller dans les backstages mais qu’on ne peut pas prendre de photos.
On découvre alors l’envers du décor, les casts qui font leur pause, les danseurs qui s’échauffent… C’est peut-être bizarre mais nous on adore voir ça.
On prend place sur le char, les portes s’ouvrent sur Main Street et notre petit moment de gloire arrive. Et bien, les premières secondes, ça faisait tout bizarre : on sourit, on danse, on fait signe et on profite de cette traversée magique du parc ! Tout le monde nous regard, fait des photos, les enfants sourient, nous font signent... C'est trop génial!
On découvre ainsi que les danseurs continuent le show même aux endroits où il n’y a pas de public et qu’ils arrivent de l’autre côté du parc totalement assoiffés… Il y a d’ailleurs des fontaines à eau derrière les portes qui se referment sur nous arrivés à l’autre bout du parc. Quelle performance!

On nous demande alors ce qu’on a pensé, un photopass prend des photos de tout le groupe (même avec nos appareils) et puis on nous invite à prendre place à l’endroit réservé.



Depuis notre retour, je cherche des photos de nous lors de cette fameuse parade mais pour le moment je n’ai que des photos très générales et je ne nous ai pas encore trouvé.

Voici donc à quoi ressemble cette parade quand on est dans le public...







Et voici le char sur lequel nous étions


Après ce merveilleux moment, nous prenons place à l’endroit réservé pour les « volontaires » et nous discutons avec une cast, elle nous demande d’où on vient et quand elle apprend que nous parlons français, elle nous explique qu’elle a fait 3 ans de français à l’école, cherche toutes les casts qui parlent français (en fait... aucun) et nous dit tout ce qu’elle connaît dans notre merveilleuse langue.

Et puis vient le moment de danser… avec la Celebrate! A Street Party! La parade est aussi dansante que la version floridienne, elle est plus longue, ce qui est normal puisqu'ici c'est la seule parade du parc, il y a beaucoup de personnages, de danseurs, les musiques sont rythmées,... Bref, en un mot: FORMIDABLE!



















Stitch drague la copine de Tic et Tac... Quel coquin!






Comme nous avons bien le temps avant notre réservation au Blue Bayou, nous nous baladons un peu partout dans le parc et j’en profite pour prendre des photos quand le soir tombe.

City Hall


La caserne de pompiers au-dessus de laquelle Walt avait son appartement. La petite lumière qui va montre qu'il est "toujours" là.



La gare de Main Street




Main Street et ses boutiques










Après cette balade, il est l’heure de rejoindre le Blue Bayou. Ce restaurant se situe dans New Orleans Square et comme le Blue Lagoon de DLP, il donne dans l’attraction Pirates des Caraïbes. A la réception, le cast nous parle de Bruxelles et des gaufres… Partout où on a dit qu’on était Belge, on nous a parlé de nourriture : gaufres, chocolat,… Que des gourmands ces Américains. Ayant fait toutes mes réservations bien à l’avance, nous n’attendons que 5’ avant d’être placés. Pour les réservations, j’ai bien fait d’ailleurs, car il n’y avait plus de places dans ce restaurant avant le lendemain soir.



Le restaurant est très beau, on est vite dans l’ambiance de la Nouvelle Orléans mais il fait très, très froid. Tenez vous bien… la clim allait même plus fort qu’en Floride ! Autant dire que j’étais congelée mais le repas était délicieux.





Dans le prix de votre plat, vous pouvez choisir en entrée une salade Louisiane ou un gumbo (la spécialité de la Princesse Tiana). Nous avions pris tous les 2 la salade. Ensuite, nous avons pris :



Le Royal Street Seafood Jambalaya qui est le plat typique de cet état américain. Ce plat se compose de riz cajun, grosses crevettes, mahi-mahi, petits morceaux de jambon, petits bouts de saucisse. Ce plat était délicieux mais très (trop) épicé… d’un autre côté, ça a réchauffé mon petit mari.



Moi, j’ai pris le saumon façon cajun servi avec des pommes de terre maison et des légumes de saison. Le poisson était super bien cuit : grillé à l’extérieur et moelleux à l’intérieur. Un pur délice !



Le tout accompagné d’eau en refil. Nous avions tellement froid, qu’on aspirait qu’à une seule chose : sortir pour avoir chaud. On ne prendra donc pas de dessert ni de thé. L’addition de ce délicieux repas épicé : 75$ service inclus.

En sortant, on refait un petit tour chez les Pirates car il n’y a personne et on assiste à la fin de la 1ère représentation de Fantasmic.

Ce spectacle est formidable. Ici il a lieu sur l’île de Tom Sawyer et sur Rivers of America. Le décor est donc génial, les personnages paradent à la fin sur le Mark Twain, les effets sont très réussis, le dragon est encore plus maléfique qu’en Floride. Mais l’endroit n’est pas idéal pour accueillir une foule importante, on ne sait pas s’asseoir, il n’y a pas de gradins donc en étant derrière on voit très peu et puis surtout il n’y a pas de Fantasmic Dinner Package comme à WDW qui permet de ne pas devoir attendre trop longtemps. La seule façon ici de gagner un peu de temps, c’est de prendre le Fantasmic Dessert Buffet pour 59$ par adulte (49$ pour les moins de 10 ans)… Comme vous le savez, on n’est pas trop porté sur le sucré, ce n’est donc pas une bonne formule pour nous. Mais pour celui qui aime ça, vous aurez un emplacement privilégié (devant Haunted Mansion) et vous pourrez regarder le spectacle assis.

Malgré une place assez éloignée et mon petit mètre 60, j’ai réussi toutes les photos que j’ai faites.













Normalement, on aurait dû patienter pour le second show (celui de 22.30 où il y a moins de monde) mais on n’a plus le courage d’attendre. D’autant plus que le feu d’artifice commence… On rejoint donc Main Street où il y a beaucoup de monde et on profite du Magical – Disney’s Nighttime Fireworks Spectacular… Qui comme tous les feux made in Disney sont magnifiques !











C’est sur ce superbe spectacle qu’on rejoint l’hôtel en passant par Downtown. La fatigue et le froid (la différence entre la température du jour et de la nuit est terrible) auront raison de nous et nous sommes tout heureux de pouvoir dormir une 2è nuit dans ce monde magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 13:46

Samedi 21 août : Disney’s California Adventure… Nous voilà! -



Ce matin, le réveil sonne à 7.00. On sait qu’on peut traîner un peu car aujourd'hui notre programme ne commence pas avant 9.00… Et oui, nous passons la journée à DCA et le parc n’ouvre officiellement qu’à 10.00. Mais nous on sait qu’on y rentrera plus tôt.

Nous prenons donc notre petit déjeuner à l’aise sur le balcon, comme hier. Le soleil et la chaleur sont déjà au rendez-vous et on profite de la vue sur un parc vide. Après ce bon petit déj, on se prépare et on rejoint l’entrée privée de DCA vers 9.30.

Avant d'aller plus loin, une petite présentation du parc est indispensable.

Ce 2è parc du resort californien a ouvert ses portes en 2001, il a pour thème la Californie. D’après ce que j’ai lu, ce projet n’était pas celui d’origine car l’idée était de créer une sorte d’EPCOT californien à cet emplacement et de construire un DisneySea à Long Beach, mais ce projet trop couteux fut abandonné. A la place, DCA fut construit. Depuis, le parc essuie les foudres des critiques car pour certains il n’y aurait aucun intérêt de construire un parc sur la Californie en… Californie ; d’autres ne retrouvent pas dans le plan du parc la « Disney’s Touch » et bien nous, on a adoré… On a trouvé le parc très original, bien grand, offrant une belle thématisation et de chouettes attractions. Le seul côté qui nous a déplu c’est le côté fête foraine de Paradise Pier. Le parc est en cours d’agrandissement et on chuchote qu’en 2012 - année où les grands travaux devraient être finis - le parc changerait de nom. En attendant, le parc se divise en 5 parties qui ne sont pas disposées selon le plan radial de Disneyland ou celui de double ellipse d’EPCOT mais ils sont plutôt « étalés » comme les Hollywood Studios.



Sunshine Plaza: c’est ici qu’on arrive quand on entre par la porte principale. Rien de spécial si ce n’est qu’on passe sous le Golden Gate Bridge.



Hollywood Pictures Backlot: comme son nom l’indique ce land évoque le monde du cinéma. Ici, vous pourrez vivre les aventures de Mike et Sulley, partir dans la 4è dimension, parler avec Crush ou encore rencontrer Aladdin dans un magnifique spectacle.



« A bug’s land » : à l’origine, il n’y avait que l’attraction It’s tough to be a Bug. Depuis, des jeux pour enfants ont été ajoutés.

Paradise Pier : c’est la reconstitution d’une station balnéaire avec une jetée où on retrouve des attractions comme on peut en voir à Santa Monica. La partie au nord du lac est assez chouette avec Toy Story Midway Mania et California Screamin’, par contre la partie du côté de l’hôtel Paradise Pier fait très fête foraine avec Maliboomer, Mulholland Madness. Et comme je l'ai dit plus haut, on n'a pas accroché.



Enfin, Golden State : cette énorme partie est celle qu’on voit de notre chambre. On y retrouve un aperçu de la Californie et… Soarin et Grizzly.



Tant que je suis dans les plans, voici les futurs extensions. Au Nord, vous voyez le futur land dédié à Cars et à l'est du plan la future attraction de la Petite Sirène.



Maintenant que les présentations sont faites, entrons...

En rentrant dans le parc, nous avons 2 possibilités : soit faire comme beaucoup de monde et prendre des FP pour World of Color – mais on n’en a pas besoin car nous avons opté pour l’option pique-nique – soit aller chercher un 1er FP à Soarin et aller s’installer aux abords de la futur attraction de la Petite Sirène qui nous permettra d’être les premiers à rejoindre Toy Story quand le parc ouvrira ses portes. Nous choisissons donc la 2è option. Remarque : nous aurions dû prendre un FP à Grizzly (car il est déconnecté des autres FP) mais à cause des FP de WOC on ne sait pas les prendre car ce sont les mêmes machines qui donnent ces précieux sésames. Et comme aujourd’hui, il y a 3 représentations de WOC, on ne saura pas prendre de FP avant l’après-midi car tant qu’il y a des FP pour le show, il n’y en a pas pour l’attraction.

L'entrée privée vue depuis DCA


10.00, ça y est, le parc ouvre et on est dans les premiers à nous lancer à l’assaut de Toy Story Midway Mania (merci à l’entrée privée de l’hôtel). A noter qu’ici, il n’y a pas de FP, donc si vous désirez faire l’attraction, faites-la en premier. Comme à WDW, c’est trop génial ! C’est dommage qu’à Paris, ils n’ont pas construit cette attraction car le concept est vraiment bien : on tire sur la cordelette de notre arme et on explose des ballons, on casse des assiettes,… et on accumule des points et pour la première fois je bats mon mari.







On part de l'autre côté du parc pour découvrir Monsters, Inc Mike and Sulley to the Rescue! On embarque dans des taxis new-yorkais et nous passons dans des scènes du dessin animé. C’était chouette…. Je n’ai pas de photos personnelles de l'intérieur de l’attraction car on ne peut pas en faire mais heureusement qu’internet est là…







En sortant de là, on voit le fameux château d'eau.


Balade dans le land...




Et on rencontre Mr Indestructible qui, comme nous, faisait sa petite balade matinale par une belle journée d'été


Nous partons ensuite faire Soarin, en voyant la file normale, on est bien content d'avoir un FP. Même si le film est identique à celui de Floride, la thématisation extérieure et la file d'attente sont différentes. L'attraction est dans un hangar d’avions et sur les murs on découvre des photos des premiers pilotes.

Super... un peu de fraîcheur sous les brumisateurs devant Soarin




Autre hangar dans cette partie du parc


Au passage, un petit coucou à Minnie aviatrice


Après cette chouette rencontre, on va profiter de notre FP à California Screamin. Sur la route, on retente notre chance pour un FP à Grizzly, mais il n’y en a toujours pas. Finalement, on ne fera pas l’attraction (surtout quand j'ai vu l'état des gens qui en sortaient) mais voici quand même quelques photos.









Une photo de la grande chute prise de la chambre


Nous nous dirigeons donc vers Paradise Pier pour faire notre tour de California Screamin’. C'est donc une montagne russe qui ressemble aux attractions en bois qu’on retrouve souvent sur les jetées dans les villes américaines… On a l’a trouvée super et bien longue ! A conseiller.







Dans ma planif, on avait prévu de déjeuner maintenant au Pacific Wharf Café mais nous n’avons pas encore faim. On s’y balade quand même tout en nous dirigeant vers Hollywood Pictures Backlot pour assister au 1er show de la journée de Disney’s Aladdin : A musical Spectacular. Dans ce monde-ci, on retrouve principalement des restaurants et on se croirait sur le Pier 39 de… San Francisco, on pourra s’en rendre compte une fois là-bas. En même temps, c'est logique, vu le thème du parc.







En se promenant, on voit High School Musical 3 passer...


On voit aussi passer le petit show des soldats de Toy Sgtory


On arrive devant l’Hyperion Theater bien à l’avance. Le show est à 13.25 et il est +/- 12.30. Et bien la file est déjà bien longue. Pendant, la file, on voit un panneau historique…



Vers 13.00, on nous laisse entrer. Premières impressions : c’est un vrai théâtre avec des sièges très confortables (+/- 2000 places) et il y fait très bon.

Et dès que le show commence.. Wouah ! J’avais lu beaucoup d’éloges sur ce show mais effectivement, il est digne de Broadway. Je dirais qu’il est même un cran au-dessus du spectacle de la Belle et la Bête des Hollywood Studios de Floride. Chansons et scènes se succèdent pendant +/- 1 heure, les décors sont grandioses, les personnages sont fantastiques et biensûr mention spéciale au Génie qui est… GENIAL ! Il est à mourir de rire, ses textes sont actualisés, il fait de l’humour avec les spectacteurs. Bref, un grand moment de plaisir… Le seul hic, c’est la langue car contrairement à d’autres spectacles made in Disney, il y a beaucoup de textes ici et pour ceux qui ne comprennent pas bien l’anglais ou pour les enfants, ça doit être un peu long. Mais à part ça… Super !









La fameuse lampe...


Et THE Génial Génie! Non, vous ne voyez pas double, dans cette scène, il s'est clooné en plein de géniaux génies.






Notre Yasmine était plus jolie que celle de Nel


Le Prince Aladdin promène dans la foule










En sortant de là, on a un peu faim. Mon mari craquera pour une de ces fameuses Turkeys Legs… elles lui avaient déjà fait de l’œil plusieurs fois en Floride mais quand on a le dining plan, on a plus de place. C’est bon mais moi je suis très difficile alors à part un petit sans une lichette de gras, c’est pas trop mon truc. Moi, j’ai pris un petit encas en rentrant à l’hôtel.

C’est super d’être juste à côté pour prendre du repos. Vers 16.00, on se remet en route pour faire quelques photos de l’hôtel et surtout pour retourner dans le parc voir la Pixar Play Parade. On s’installe sur un banc face à la future attraction de la Petite Sirène dont l'arrière est décoré pour WOC (on retrouve ce genre de composition florale un peu partout dans le parc). On est bien à l’avance, ce qui me laisse le temps d’aller chercher nos pique-nique commandés par internet pour nous permettre d’avoir une place réservée pour World of Color. Comme on est bien installé et pas loin de l’hôtel, mon chéri retourne porter nos repas dans le frigo de notre chambre.

Il y a ce genre de panneau partout dans le parc...


Tout est toujours bien fléché.


C'est ici qu'on s'est installé pour la parade.


Nos précieux sésames...


La parade commence à 17.45… Et on assiste au défilé de toutes les stars made in Pixar : Monsters, les Indestructibles, Ratatouille, Nemo, 1001 Pattes, Toy Story et Cars. La parade est très chouette (on a préféré celle-ci à la version floridienne) et en plus elle est rafraîchissante car chaque char envoie de l’eau sur le public… Autant dire qu’avec la chaleur qui faisait, personne ne semblait mécontent.

Les personnages de Monsters ouvrent la parade




Suivis par la famille des Indestructibles








Place au chef Rémi






Le char de Nemo






C'est chouette de voir des personnages plus rares comme ici ceux de 1001 Pattes




Toy Story








Et pour finir... Flash McQueen et les voitures-personnages de Cars




Après ce moment « pixarisant », on est un peu fou et on fait la grande roue. Je dis qu’on est fou parce qu’on a horreur de ce genre d’attraction mais on l’a fait juste pour avoir une vue d’en haut. Pour les gens comme nous, il y a des nacelles qui ne bougent pas (ce qui est plus qu’assez) et puis il y a les nacelles qui « swinguent »… Elles glissent sur leur montant au fur et à mesure que la roue bouge – oh, la, la!

Soarin vu d'en haut et juste derrière l'entrée du Disneyland Park et la montagne de Matterhorn. Vous pouvez constater qu'ici tout est très proche.


Le Grand Californian


La Tour de la Terreur


Après ce tour de roue, on fait quelques photos dans Paradise Pier – mais il n’y a rien à faire, c’est pas le monde qu’on préfère et puis on retourne à l’hôtel pour dîner. Et oui, encore mais bon on est juste à côté. On profite donc de notre balcon pour manger notre pique-nique avant d’aller assister au fameux show. On voit tous les gens qui courent, qui semblent fatigués mais nous on est bien tranquilles ! Le rêve.

Comme nous ne voulions pas être tenu par des horaires, nous avons opté pour l’option pique-nique mais il existe différents systèmes pour avoir une place « préférée » selon le même principe que le Fantasmic Dinner Package de Floride. Vous revenez entre les heures précisées sur votre ticket mais vous n’avez pas de places précises réservées (idem pour ceux qui vont au resto ou qui ont le FP) et ici on est debout.

Pour le pique-nique, vous avez plusieurs possibilités, on avait choisi un « Taste of Asia » et un « European Antipasto ». Pour 14,99 $, vous avez un chouette pique-nique et votre boisson. Vous le réservez par internet (pour la date demandée) et vous retirez votre repas dans la journée à la Sonoma Terrace du Golden Vine Winery, on vous remet alors votre repas, votre sac WOC et votre ticket avec votre horaire.

Vous pouvez aussi prendre l’option restaurant (comme Aurore) et faire une réservation à l’Ariel’s Grotto (entrée, plat et dessert pour 36.99$) ou à Wine Country Trattoria (entrée, plat et dessert pour 39.99 $). Votre heure de réservation pour le resto vous donnera l’heure de votre spectacle : entre +/- 17.00 et 19.00, c’est pour le 1er spectacle et entre 19.05 et 20.30, c’est pour le 2è. En août, il y avait 3 représentations de WOC, je suppose que les horaires s’adaptent en conséquence.

Je pense qu’il est plus judicieux d’assister au 1er spectacle car si vous aviez vu les files qu’on a croisées en quittant le parc, ça fait un peu peur. Il y en avait presque jusqu’à l’entrée privée de l’hôtel.

Revenons donc à notre pique-nique…


Le « Taste of Asia » se compose d’un filet de saumon accompagné de légumes asiatiques ; sushis végétariens, une salade de nouilles, un cake à l’orange et une boisson non-alcoolisée au choix.


« L’European Antipasto » se compose de fromages européens, de tomates et d’artichauts séchés, crackers, salade de câprres, tomates, mozzarella, tiramisu et une boisson non-alcoolisée au choix.


Après avoir dégusté notre petit plateau pique-nique, on rejoint le parc et bien que la foule soit déjà nombreuses dans la zone « d’attente », on passe assez vite pour rejoindre notre zone. Vous avez vu les tickets (postés dans le message précédent) qu'on pouvait y retourner entre 7.45 et 8.30, et bien si vous voulez LA place que vous préférez vous avez intérêt d'y être dès 7.45 (voire mêm de vous mettre dans la file avant).
J’avais trouvé un plan avec l'explication de toutes les zones et des meilleurs emplacements suivants les zones (vous devez vous placer dans la couleur qui correspond à votre ticket), on s’est donc installé à l’endroit dit : assez haut et collé à la barrière à l’heure où on s’est installé, nous étions les seuls là. On doutait donc un peu car tout le monde descendait mais très vite on a été rassuré par un cast qui passait qui nous a dit que c’était l’un des meilleurs endroits. Et il avait bien raison.

Le show ne commençant qu’à 21.00, l’attente est longue (plus d’une heure) mais à 20.30, il y a un pré-show bien sympa qui chauffe le public. De grands personnages Disney illuminés (portés par un cast) se fondent dans chaque partie de la foule. S’ensuit un concours pour voir quelle partie fera le plus de bruit. Chouette et dansant.







21.00, les lumières baissent et s’éteignent… THE show peut commencer. WOC, c’est LA grande nouveauté du parc. Un peu comme Fantasmic, c’est un spectacle composé de jeux d’eau, d’images projetées sur des murs d’eau, de lumières,… avec une très jolie musique. Le tout dans Paradise Bay devant la Mickey’s Fun Wheel. On voit des images de tous les grands classiques de Disney mais aussi des nouveaux dessins animés comme Wall-E ou encore des films comme Pirates des Caraïbes.

Comme des images valent mieux que des mots….























Après cette grande dose d’émotions, nous regagnons notre chambre et c’est là qu’on voit qu’il y a aura autant de monde pour le 2è show…

De notre balcon, on profite du feu d'artifices du Disneyland Park - wouah, le rêve...













Ensuite, on fait nos valises car demain on quitte le monde magique pour Los Angeles. Avant de s'endormir, on jette encore un coup d'oeil à la fenêtre en se disant que ce séjour fut aussi magique qu'ailleurs dans le monde de Disney, on rêve à ce qu’on a vu et au petit déjeuner avec les personnages (dont Mickey et mon préféré... Stitch cheers ) qu’on fera demain matin pour finir cette 1ère partie de séjour en beauté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 13:48

Dimanche 22 août : Bye Bye Disney et let’s go to LA! Episode 1

Aujourd’hui, c’est notre dernier jour chez Mickey. On finit en beauté en prenant notre petit déjeuner avec des personnages… Et pas n’importe lesquels : Mickey et ses amis. Il y a avait un petit déjeuner avec personnages à notre hôtel mais c'était Tic et Tac et leurs amis (de la forêt vu le thème de l’hôtel) et nous on voulait voir le « Chef » en plus du chef, il y avait … Stitch, et vous savez que je l’adore… Nous avions donc une réservation au PCH Grill du Disney’s Paradise Pier Hotel . Ce qui nous laissait l’opportunité de visiter le 3è hôtel Disney du site.

On se lève tranquille vers 7.00, on prend un café au lit (il y a des machines à café dans les chambres), une bonne douche et on part pour le Paradise Pier. La réservation étant à 8.00, il n’y avait presque personne. Lors du check-in, on reçoit une carte pour faire signer les personnages à l’occasion de notre anniversaire de mariage. Nous sommes accueillis par Mickey et son photographe pour une photo souvenir (32,57$ pour la pochette de plusieurs photos), notre serveur (super sympa) nous emmène à notre table et… Stitch me prend pas le bras pour m’y rendre – chouette, chouette. Les personnages sont très disponibles, ils passent de table en table, prennent le temps de faire des photos, de signer des autographes, de « jouer » avec nous. Entre deux, il y a des animations : démonstration de oulahop, séance de twist,… Ici, on ne s’ennuie pas. Le buffet est très bien fourni et il est délicieux : viennoiseries, salades de fruits, pizza, saumon fumé, plat froid, pancake et œufs à la demande,… On se régale. A la fin, notre serveur nous amène un petit gâteau pour notre anniversaire. Ce petit déjeuner, nous reviendra à +/- 74$ pour 2 adultes.





Cet hôtel de 15 étages a ouvert ses portes en 1984 mais n'est devenu un hôtel Disney qu'en 1995. Son thème? D'après ce que j'ai lu, il est censé faire penser à un hôtel côtier... - Humm, bof. Qu'en pensez-vous?

Une statue de Dingo nous accueille


Le restaurant aux initiales bien connues car PCH c'est la Pacific Coast Highway qu'on prendra durant notre séjour à LA














Le petit gâteau qu'on nous a offert, il était très bon


Je ne résiste pas à vous mettre une photo de "mon idole"... très en forme!


Une fois ce bon petit déj. pris, on retourne à l’hôtel, on descend nos bagages et on les laisse à la bagagerie car pour l’instant nous devons aller chercher notre voiture de location à l’agence Hertz toute proche. On y va en taxi (+/- 15 $ avec tips) et 5’ plus tard, on y est. On patiente un peu, on remplit les papiers et on prend possession de notre… Ford Mustang blanche décapotable (220,23 € réserver par internet – 10% de réduction).

La plaque de notre véhicule...


Et une petite photo de notre voiture de location (prise lors de notre balade vers la colline d'Hollywood)


Et on retourne à l’hôtel. On cherche un peu le parking… Si vous vous garez vous-même, le parking est le même pour les 3 hôtels et il se trouve de l’autre côté de la rue… Pas super pratique comme système.

Avant de reprendre nos bagages et de quitter définitivement ce monde magique, on fait encore un petit tour dans Downtown… J’étais à la recherche de décorations de Noël mais je n’ai rien trouvé de spécial – il y a beaucoup moins qu’à Orlando – rien pour les animaux non plus, les vêtements sont les mêmes qu’à WDW, seul le logo change, rien pour le scrapbooking,… Tout ça a réjoui mon compte en banque puisque je n’ai acheté qu’une peluche pour le bébé d’un couple d’amis et un magnet pour une amie qui les collectionne.



Le restaurant Catal, un des restaurants signatures proposant des spécialités méditerranéennes.


La terrasse de l'UVA Bar: un bar à vin


Ralph Brennan's Jazz Kitchen : un restaurant proposant des mets de la Nouvelle-Orléans


Le Rainforest Cafe


Un petit tour au World of Disney d'ici...


Quelques gourmandises à l'effigie de notre ami.


Vers midi, tout est chargé dans l’auto… on a été obligé de décapoter pour mettre tous nos bagages mais ce n’est pas grave puisqu’on va directement à l’hôtel.

Comme la partie Disney se finit ici, c’est le moment de faire les comptes et le debriefing de ce séjour.

L’hôtel : chambre vue parc pour 3 nuits – avec l’offre 40% :1159,29 $ (+/- 830 €)
2 jours d’entrée aux parcs pour 2 adultes : 302 $ (+/- 253 €)

Choix de l’hôtel : Excellent ! Avant de réserver, on hésité avec le Disneyland Hotel où certaines chambres sont refaite mais qui est moins thématisé, bien qu’historique puisque c’est le 1er. L’accès à California Adventure est une formidable invention. Si c’était à refaire, on reprendrait exactement la même chose.

La nourriture et les restaurants : Aucune déception de ce côté-ci. J’avais bien étudié tout ça avant de partir et on a mangé varié – j’aime montrer aux gens qu’aux USA il n’y a pas que des hamburgers et des fast-foods, dans des décors et des styles de restaurants très différents. Ici, il n’y a pas de formule dining plan comme à WDW mais un système de demi-pension ou pension complète comme à Paris mais ça on n’a pas testé.

Notre avis général sur les parcs :
Disneyland Park : on pensait trouver un parc petit et vieillot… Il n’en est rien, on n’a pas l’impression que ce parc a ouvert ses portes en 1955. Les cast-members et les gens sont super sympas (ah, la mentalité américaine…). La parade est très chouette et dansante et la surprise qu’on a eu n’a fait que rajouter une bonne dose de souvenirs à raconter.
California Adventure : on pensait être déçu car ce parc est très critiqué et bien on trouve que c’est une grande réussite – à part le côté Paradise Pier – et WOC est formidable !

En conclusion… C’est quand qu’on y retourne ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 13:52

Dimanche 22 août : Bye Bye Disney et let’s go to LA!
Voici le programme, que j’avais concocté pour cette 1ère journée à LA :

12.00 – 14.00 : Départ vers LA. J’ai prévu pas mal de temps même s’il n’y a que +/- 60 km de route (d’après Google), point de vue horaire, Google avait vu juste car il prévoyait +/- 2 heures de route en cas de circulation dense et à Los Angeles, la circulation est toujours dense (sauf avant 8.00 du matin).

15.00 – 18.00 : Venice Beach et ses canaux ; Santa Monica et sa promenade shopping : 3th Street Promenade

18.00 – 19.00 : Retour à l’hôtel

+/- 20.00 : Départ pour Rodéo Drive et réservation au 208 Rodeo Drive pour le dîner.

Very Happy Pour avoir quelques points de repère…
Los Angeles est une ville immense et tentaculaire qu’il est pratiquement impossible de visiter à pieds et dont le système de transports en commun est peu performant. La ville en elle-même couvre plus de 1200 km² et le comté du même nom est au moins 10 fois plus grand. Ce qui explique que les sites touristiques sont très étalés. La Californie se situant sur +/- 300 failles dont la fameuse faille de San Andreas, les tremblements de terre sont habituels, d’ailleurs dans les 3 hôtels où nous avons logé, il y avait toujours les procédures à suivre en cas de tremblements de terre comme par exemple se mettre sous une table et au Sofitel, la table semblait en verre mais il y a avait une énorme structure en bois en dessous.

En 1769, les Espagnols installent des missions religieuses sur la côte et dès 1781, un groupe de colons fonde la colonie El pueblo de Nuestra Senora La Reina de Los Angeles. La ville fait d’abord partie du Mexique et en 1848, la région passe sous contrôle des USA. L’essor de la ville commencera avec l’arrivée du chemin de fer (fin du 19è siècle), l'industrie des agrumes et dès le début du 20è siècle un premier studio de cinéma s’installe dans le quartier d’Hollywood. A partir de ce moment-là, la ville va s’agrandir et deviendra mondialement connue.

Revenons au 22/8. Les bagages sont embarqués, on met le GPS en route (le nôtre avec une carte pour les USA, ainsi les adresses étaient déjà enregistrées avant de quitter la Belgique) et c’est parti…

On the road...


Yes, on approche...


Downtown Los Angeles qu'on ne verra que de loin


Comme prévu, il y a beaucoup de monde et on arrive au Sofitel de Beverly Hills vers 14.00. Bien que le check-in soit prévu pour 15.00, notre chambre est déjà prête. On est très content du choix qu’on a fait : l’hôtel est design – comme on aime – notre chambre est bien grande, très propre, très lumineuse… On avait pris une chambre vue colline et on a une jolie vue. On voit même le fameux logo d’Hollywood.

On a choisi cet hôtel car on sait que c’est une bonne chaîne, qu’il y avait de bons avis américains sur Tripadvisor et qu’il était bien situé. J’avais regardé pour d’autres hôtels notamment le Roosevelt Hotel sur Hollywood Boulevard mais le quartier ne nous intéressait pas plus que ça (à part pour une visite matinale).

Un petit tour de l’hôtel en photos…

L'hôtel by night


La réception design










Le couloir fait penser à une petite rue


Notre chambre


La vue


La salle de bain avec une très grande douche et des produits Occitane




Déco du bar de l'hôtel


La piscine de l'hôtel


Il y a aussi une terrasse lounge juste au-dessus, où il n'y avait personne et où les énooormes fauteuils ronds étaient rien que pour nous.

Comme prévu, vers 15.00, on est reparti vers l’Océan Pacifique… Malgré notre GPS, on tourne un peu – il a toujours eu du mal à se mettre en route en sortant de l’hôtel mais une fois parti, ça allait. 1ère étape: Venice Beach. Il y a beaucoup de monde (il est dimanche), très peu de place pour se garer. C’est d’ailleurs l'un des points noirs de LA : les places de parking. A l’hôtel, optez pour le valet parking (on a payé 87 $ pour 4 jours), en visite, garez-vous dans les parkings payants.
A Venice Beach, on n’a pas trouvé le parking idéal, on s’est donc garé assez loin (mais quand même payant avec parcmètre). L’idée était de longer la côte et de rejoindre les canaux (le quartier le plus mignon de Venice Beach). On commence donc notre balade (charmante) mais très vite on se rend compte que Venice Beach c’est un monde à part, un monde qu’on n’aime pas du tout. Il y a plein de petits vendeurs de bricoles, des artistes, des marginaux, et même des gens qui boivent de l’alcool dans la rue (on en a vus se faire contrôler par la police assez nombreuse à cet endroit),… Bref, une ambiance qu’on n’aime pas et qui nous a forcés à rebrousser chemin car on ne se sentait pas à l’aise. Ici, tout semblait sale et laid (avis perso). Pour une première approche de LA, c’est pas super mais c’est l’impression qu’on aura tout le long du séjour : Enormément de SDF, une ville pas très propre à part les endroits touristiques et juste là (j’y reviendrais plus tard quand je vous parlerai d’Hollywood Boulevard).

Le début de la balade est charmant








On ne se décourage pas, on reprend l’auto (qu’on recapote vu les drôles de spécimens qu’on a croisés) et on rejoint Santa Monica où on trouve plus facilement une place juste à côté de la Third Street Promenade, une rue piétonne sur 3 pâtés de maisons. Avant de descendre du parking, on profite de la vue qu’il nous offre sur Santa Monica Pier.

Vue sur le pier depuis le parking


Une des petites baraques des sauveteurs (il y en a environ tous les 50 m au moins) mais je n'ai pas vu de beaux sauveteurs.


On descend ensuite dans la rue piétonne, on se balade, on rentre dans quelques boutiques - Ah… chouette il y a un Abercrombie – depuis notre 1er voyage à NY, j’en suis accro surtout à leur « eau de cologne » : Fierce. On rejoint ensuite Palisades Park où des gens font leur gym. Et puis, on se décide à rentrer à l’hôtel pour se préparer pour notre soirée à Rodeo Drive.

3th Street Promenade


Palisades Park




Je suppose que ce nom vous dit quelque chose… Surtout si vous avez vu Pretty Woman. C’est ici que Julia Roberts fait son shopping (une première fois en se faisant jeter partout et la 2è en étant accueillie comme une princesse), c’est ici aussi que se trouve le fameux hôtel où loge Richard Gere : le Wilshire Hotel. Le nom de cette rue vient de la piste cavalière qui longeait cette rue autrefois. Aujourd’hui, il rime avec Chanel, Dior, Louis Vuitton,… Etant donné que nous y allons juste pour le dîner, notre compte en banque ne criera pas au secours.











Lors de mes recherches, j’ai trouvé un chouette resto : 208 Rodeo Drive, juste en face du fameux hôtel et juste à l’entrée d’une petite rue commerçante charmante. J’ai effectué la réservation grâce à Opentable (que j’avais utilisé pour les réservations à NY il y a 2 ans) et on a été accueilli comme des rois. On nous a installé à une charmante table, juste au-dessus d’une fontaine et face à l’hôtel. La carte est variée et ce n'est pas trop cher vu le quartier.

Le restaurant (et notre table) est juste au-dessus de la fontaine


Vincent s’est laissé tenter par un filet de saumon rôti et moi, j’ai craqué pour du flétan à l’estragon. Nos 2 plats étaient simplement délicieux et nous n’avions plus de place pour un dessert. Avec nos 2 coupes de champagne comme apéritif et de l’eau (en bouteille ici vu le cadre), la note s’est élevée à 140$ avec les tips.

Le saumon


Le flétan


En sortant, on ne résiste pas… On va jeter un œil au Wilshire Hotel et bien, en vrai, c’est beaucoup plus petit, chic et mignon mais vraiment minuscule.





Et puis : retour à l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil. On constate au passage que les collines d’Hollywood sont illuminées mais pas les fameuses lettres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 13:58

Lundi 23 août: Entrons dans l’âge d’or du cinéma : Hollywood Boulevard



Voici le programme, que j’avais concocté pour cette journée:

8.00 : Départ pour Hollywood Boulevard et se garer au Hollywood Highland

9.00 - 11.00 : Petit déjeuner et balade sur Hollywood Boulevard pour voir Walk of Fame, Grauman’s Chinese Theatre, El Capitan,… et shopping au grand centre commercial. J’avais lu sur le TR de Cendryon que pour voir les étoiles et les empreintes de pieds sans la foule, il fallait y aller le matin… Merci à elle, ainsi on a su voir toutes les étoiles qu’on voulait bien à notre aise.

11.00 – 15.00 : Hollywood Sign

15.00 – 17.00 : Retour à l’hôtel pour profiter de la piscine ou shopping au Beverly Center situé devant l’hôtel

17.00 – 19.00 : The Grove

19.00 – 21.00 : Griffith Park

On se lève à 6.30, on profite de notre machine à café dans la chambre pour se prendre un café au lit, une bonne douche, une couche de crème pour éviter les coups de soleil et on est parti.

Lever de soleil sur les collines


En arrivant sur Hollywood Boulevard, on trouve un autre parking que celui prévu, on s’y gare. C’est un parking à étage, et on se gare par 2 voitures, l’une derrière l’autre. Si on est garé en 2è position (empêchant donc la 1ère voiture de sortir) il faut laisse ses clés au valet du parking. Pour ressortir, on devra l’appeler car étant en 1ère position, une voiture nous empêche de partir. Que vous restiez une heure ou toute la journée, c’est le même tarif : 20$.

Walk of Fame c'est la “promenade de la Gloire ». Elle aligne ses fameuses étoiles roses (+/- 2500), incrustées dans le granit du trottoir sur +/- 3 Km. Ces étoiles ont commencé à apparaître à la fin des années 50, hommage de la chambre de commerce d’Hollywood aux personnalités du monde du spectacle.

La première étoile que l’on voit en sortant du parking est celle de Michael Jackson.


Comme on commence la balade à hauteur du Chinese Theatre, on fait d’abord un arrêt pour observer les fameuses empreintes. Cette salle a ouvert ses portes en 1927 et continue d’accueillir les avant-premières. L’originalité du bâtiment réside dans son style chinois : c’est une pagode coiffée d’un toit à la Mansart couronné de flammes stylisées, flanquée de dragons en marbre blanc… Sid Grauman eut l’idée de construire cette salle dans ce style à la suite d’un voyage en Chine. L’avant-cour en ciment en forme de U montre les empreintes de pieds, de mains et les signatures d’environ 180 stars. J'avais imprimé le plan avant de partir. Si ça vous intéresse voici le lien: http://www.manntheaters.com/chinese/forecourt.php

Le Chinese Theatre version WDW


Et le vrai… Bien imité, hein ?










Quelques empreintes
Vue d'ensemble


Les premières empreintes qui attirent mon attention sont celles d'un canard bien connu


Bruce Willis - un de mes acteurs préférés


"Mary Poppins"


Marilyn Monroe qui, comme vous pouvez le constater, avait de tout petits pieds


Notre pirate des Caraïbes préféré


On poursuit notre balade en cherchant les étoiles de nos stars préférées (j’avais imprimé la liste et les adresses précises de celles qu’on voulait absolument voir). Voici le lien: http://www.hollywoodusa.co.uk/walkoffamestarlocations.htm



L'étoile que je ne pouvais pas râter


Notre maître à tous


Entre deux, on entre dans le Kodak Theater où se déroule depuis 2002 la cérémonie des Oscars. Le long du fameux escalier, se trouve le nom de tous les films ayant obtenu un Oscar depuis leur création, pas d’inquiétude, il reste de la place jusqu’en 2050 (si mes souvenirs sont bons).








Dans le post d’hier, je vous disais qu’on trouvait la ville sale et peu entretenue et bien ici on en a eu une nouvelle preuve. En nous baladant sur le boulevard, on s’est petit à petit éloigné de la portion la plus connue (entre le Roosevelt Hotel et Hollywood Highland) et bien dès qu’on sort de la zone touristique, c’est sale et pas génial point de vue ambiance. On a vu une étoile cassée et on a trouvé l’étoile de Marilyn Monroe devant un Mac Do minable qui n’engageait pas à rentrer. Sur la route, on voit aussi le Grauman’s Egyptian Theater ouvert en 1922.

Pauvre Marilyn, finir devant un Mac Do


Grauman's Egyptian Theatre


On revient sur nos pas pour faire un arrêt à El Capitan Theater, cette salle date de 1926 a été rachetée et rénovée par Disney récemment. Juste à côté, il y a un magasin et restaurant : Disney's Soda Fountain and Studio Store. C’est devant ce bâtiment, qu’on trouvera quelques étoiles connues alors que celle de W. Disney se trouve de l'autre côté et plus loin dans la rue (si mes souvenirs sont bons) par contre celle de son frère est proche du Capitan.





Détails de la façade










Un petit tour à l'intérieur


Comme on n’a pas encore pris de petit déjeuner, on retourne au centre commercial Hollywood Highland pour découvrir la chaîne de diner: Johnny Rockets. Ce resto nous plonge dans une ambiance 60’.




Je prendrais un café et une assiette de petit déjeuner typiquement us (j’adore) : "Eggs my way" : les œufs à la mode que vous voulez (pour moi ce sera sur le plat), le choix entre du bacon et des saucisses, des pommes de terre façon country, et le choix entre des toasts et un muffin. Je me suis régalée.


Vincent a craqué pour un gros hamburger : the Original (un délice) et un grand Coca…


Cette chaîne est aussi appréciée des locaux car à côté de nous il y avait 2 membres de la police de LA qui prenaient leur petit déj comme dans les films.

C’est l’estomac plein qu’on s’attaque aux boutiques. Pour la première fois, je rentre dans un Victoria Secret et +/- une heure plus tard, je ressortirai avec un énorme sac… Je ne me suis pas trop lâchée dans les autres boutiques car la visite d’un énorme outlet est prévu demain.

Voici quelques photos de ce chouette centre commercial: Hollywood Highland. Ce centre commercial de 5 étages s'organise autour d'une esplanade babylonienne avec ses 2 énormes éléphants perchés en haut de colonnes (inspirées par les décors du film Intolérance, qui fut tourné à cet endroit en 1916 - dixit le Guide du Routard)





De là on a une vue sur THE logo d'Hollywood


Vu sur Hollywood United Methodist Church depuis la passerelle du centre commercial


Tien, qu'est-ce qu'il y a sur le panneau publicitaire à côté de l'éléphant?


Et que voyons-nous ici?


Avant de reprendre la voiture, on rentre au Roosevelt Hotel. Cet hôtel mythique a ouvert ses portes en 1927, il a hébergé les plus grandes stars et accueilli la première cérémonie des Academy Awards (1929).





Ce hall ne vous rappelle rien?


Nous, on a eu l'impression d'être dans le Hollywood Tower Hotel (sans les toiles d'araignées)


Après ce petit tour entre réalité et mythe disneyen, on retourne au parking, on fait bouger la voiture garée derrière nous et direction: le fameux Hollywood Sign.

Nous quittons donc Hollywood Boulevard pour rejoindre Hollywood Sign. Petit arrêt pour photographier le Capitol Records Building. Le siège de la célèbre maison de disques, qu'à racheté EMI, ressemble à une pile de 45 tours. D'après ce que j'ai lu, au sommet, la lumière rouge clignotante épelle "Hollywood" en morse.



En route, on fait le plein du réservoir d'essence et nous découvrons comment utiliser les pompes à essence US. Etant donné que j’avais lu (sur le TR de Cendryon) que pour payer avec une carte visa, il fallait d’abord entrer un numéro (le numéro de l’état où on vit je pense), on s’est dit qu’on paierait en liquide… Et là, grande découverte : on entre, on demande comment ça fonctionne et on nous dit qu’on doit d’abord mettre une sorte de caution, on remplit le réservoir et on nous rembourse le reste… Original.

Maintenant que le plein est fait, on peut aller jusqu’au ranch où je pensais louer un cheval pour monter jusqu’aux fameuses lettres. Mais en arrivant, il fait déjà très chaud et on est très content du point de vue qu’on a d’ici. On se balade un peu, on fait quelques photos – on constate qu’on n’est pas les seuls à faire ce choix. Et on redescend la colline pour rejoindre l’hôtel et prendre une pause piscine bien méritée.

A noter que ce n’est pas très bien fléché pour y arriver (sans GPS, je ne sais pas comment on aurait fait) et qu’une fois au pied de la colline, il n’y a … Rien ! Juste un minuscule parking dans les cailloux et le sable, et le ranch que finalement on n’a pas vu.

A l’origine ces lettres faisaient partie d’une enseigne publicitaire « Hollywoodland » (qu’on aperçoit d’ailleurs à l’entrée des Disney’s Hollywood Studios) installée en 1923 qui vantaient un programme immobilier. En 1948, on leurs retire les 4 dernière lettres et elles deviennent une icône de l’industrie du cinéma. Hautes de +/- 15 m (selon certaines sources 14 pour d’autres 16…), on les aperçoit depuis plusieurs endroits mais on ne sait pas les approcher de très près.

Le panneau des Hollywood Studios


Les lettres à l'orgine


Et maintenant






Vue sur la ville depuis la colline face à Hollywood Sign


Après avoir pris toutes les photos qu'on voulait et avoir bien profité du paysage, on redescend la colline pour rejoindre l’hôtel et prendre une pause piscine bien méritée.

Pendant que je passe mon bikini pour aller à la piscine, Vincent ira faire quelques courses au supermarché juste à côté de l’hôtel ce qui est très pratique entre autre pour acheter des bouteilles d’eau.

On descend ensuite à la piscine mais au bord tous les sièges sont occupés, il faut dire qu’il n’y en a que 14 alors s’est vite plein. Pas de problème, on s’installe dans des sièges encore plus confortables sur la terrasse juste au-dessus. Comme il n’y a que nous, et que chaque grand siège rond est dans un coin à l’abris des regards, on a l’impression d’être dans une cabana.

Après cette pause bronzette, on se prépare et on repart pour aller faire un tour à The Grove Mall. Ce chouette centre commercial se situe à côté du fameux Farmers Market. Le centre commercial a un petit air disneyen, avec un tramway, plein de chouettes magasins et une ambiance charmante et calme. Du point de vue du parking, je n’avais jamais vu un parking si chic : tapis rouge pour entrer, lustres et autres déco bling-bling, toilettes hyper luxes et chics avec une dame qui vous ouvre et vous ferme la porte, petits essuie-mains en tissu, bonbons,… Quand je vous disais que c’était le top du luxe!

Bien qu’on soit rentré dans plein de magasins très tentants, pour l’instant, je ne craque pas. On a bien apprécié cette balade et on serait bien resté ici pour dîner mais nous avons prévu d’aller voir le couché du soleil et les lumières qui s’allument sur LA depuis Griffith Park.













On se baladera jusqu’au Farmers Market… En 1934, quelques fermiers se rassemblaient sur ce qui n’étaient qu’un terrain vague, pour vendre leurs récoltes sur le capot de leurs voitures. Le marché a gardé son charme d’antan et en plus il y a plein de stands pour goûter des saveurs des cuisines du monde.



On reprend la voiture, notre GPS nous envoie vers Griffith Park en passant par Sunset Boulevard. Quoi de mieux pour voir le couché du soleil…





Arrivé à Griffith Park, on constate que nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. On rejoint l’observatoire et là on s’en prend plein les yeux. C’est merveilleux. Je me suis longtemps demandé si c’était cette même vue qu’on voyait dans de nombreux films et séries… En tout cas, ça nous a donné un nouveau regard sur la ville. C’est magique.

Griffith Park est un énorme parc de 1700 ha de collines et de canyons qui s’étendent en bordure orientale des montagnes de Santa Monica. Ce terrain fut offert à la ville par Griffith J. Griffith, chercheur d’or millionnaire, en 1896. Ça doit être bien agréable d’y promener…







L’observatoire de style Art déco fut construit en 1935 pour exaucer le vœu exprimé par Griffith dans son testament. Vous pouvez y visiter le planétarium, le musée d’Astronomie et observer les étoiles avec un télescope. Une statue de James Dean rappelle qu’une scène de la Fureur de Vivre fut tournée ici.





Vues sur la ville














…Vous voyez bien qu’on a vu des choses qui nous ont aussi émerveillées.

En regagnant l’hôtel, on décide de diner en face… Au Grand Lux Café (au rez-de-chaussée du Beverly Center). Nous avons découvert ce restaurant lors de notre séjour à LV. Faisant partie de la même chaîne que les Cheesecake Factory, nous en avions été enchanté et une fois de plus, on n’a pas été déçu. Un cadre charmant, des serveurs aux petits soins (comme souvent aux USA), une carte très variée à des prix très intéressant, et une quantité terrible. On a payé 80$ pour 2 plats, une bouteille de vin et les tips.





Moi, j’ai pris le « cedar planked BBQ salmon » : saumon cuit façon BBQ au bois de cèdre, servi sur sa petite plaque avec de la purée, salade de maïs et rings d’oignons. Un délice!


Vincent a opté pour de la viande : le steak de boeuf de Mongolie mariné, servi avec des oignons grillés, du riz, du pain façon pizza, et une assiette de légumes.


Bien que nous avions très faim, on a eu du mal à finir notre assiette. Et on n’avait plus de place pour un dessert.

Après ce bon repas et cette belle journée de visites, on traverse la rue et nous voilà déjà à l'hôtel. Au lit... non sans avoir jeté un coup d’œil aux collines hollywoodiennes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 14:06

Mardi 24 août: Last day… Shopping et « Alerte à Malibu”

Voici le programme, que j’avais concocté pour cette journée:

8.00 – 14.00 : Départ pour une grande matinée de shopping au Premium Outlet Camarillo. Comme ce n’est pas à côté (+/- 90 km), on en profitera pour prendre la PCH et passer par Malibu pour revenir sur LA. Bien qu’il y ait d’autres outlets, on a choisi celui-ci car c’est la même chaîne que ceux que nous avions déjà « dévalisés » à Las Vegas et Orlando.
14.00 – 18.00 : Balade vers Malibu et Paradise Cove (qu’on ne fera finalement pas).
Soirée: à l'hôtel.

Vu le programme de la journée, j’aurai moins de photos à vous montrer.

Après un café au lit (merci la machine à café dans la chambre) et une bonne douche, on appelle le Valet parking, on descend et en voiture pour Camarillo. Après +/- 1.30 de route sous un soleil de plomb, on y est.

On prend une pizza au food-court en guise de petit déjeuner et on se balade dans ce chouette centre commercial (+/- 160 boutiques) où tout est au moins 70% moins cher. Pour les marques américaines ça vaut vraiment la peine par contre pour d’autres marques comme l’Australienne Ugg (qui fait des supers bottes fourrées) ne valaient pas du tout la peine même en solde (on verra quelques jours plus tard les mêmes bottes au même prix à San Francisco). Comme quoi, tout n’est pas intéressant dans un outlet. Pour celui que ça intéresse, voici le lien du site officiel: http://www.premiumoutlets.com/outlets/outlet.asp?id=20

Aperçu du plan pour voir l'étendue de ce centre commercial


Quelques photos prises sur Internet




On reprend la route, la fameuse PCH… La Pacific Coast Highway (un tronçon de la California State Route 1 qui fait plus de 800 km) longe la côte entre le segment situé entre la U.S. Route 101 à la jonction de Santa Barbara et la U.S. Route 101 à Pismo Beach. Les paysages sont grandioses entre montagnes désertiques et océan et on arrive à Malibu. Ici, nous devions nous arrêter à Paradise Cove, une des plages privées où il y a un chouette restaurant, mais je ne sais pas si c’est la chaleur ou la fatigue, mais quand on voit le nombre de voitures garées sur le parking, on décide de passer notre route et de longer cette municipalité bien connue. Cette petite ville située dans le Comté de LA est connue pour ses plages de sable et pour être la ville où résident de nombreuses stars. Malibu faisait autrefois partie du territoire de la tribu indienne des Chumash. Elle s’appelait alors "Humaliwo", qui se traduit par « où les vagues font du bruit ». L’explorateur espagnol Juan Rodríguez Cabrillo aurait jeté l’ancre en 1542 dans le Malibu Lagoon, situé en extrémité d’estuaire du Malibu Creek, pour s’avitailler en eau potable.
En plus des maisons de stars situées sur les collines, de nombreuses maisons se situent directement le long de la plage… comme on voit dans les séries américaines. C’est vraiment un chouette endroit.
Saviez-vous que la série « Alerte à Malibu » ne fut pas tournée ici mais à… Santa Monica ? Pour l’anecdote, lors de son voyage en Californie dans les années 90, ma cousine avait rencontré David Charvet à la grande époque de cette série en plein tournage à Santa Monica.















Petit zoom sur l'Océan Pacifique


Toujours pas de beau sauveteur?


Bon, ben, comme on trouve ni sauveteur, ni de Pamela Anderson... on rentre à l'hôtel.
Cette journée de shopping et de route, nous a bien épuisés. On dédice donc qu’on passera la soirée à l’hôtel. Du coup, on n’est plus pris par le temps. On va faire quelques emplettes au supermarché en face pour dîner dans notre chambre. Ce supermarché devrait beaucoup intéresser mes compatriotes belges... La promotion de la semaine, c'était la bière Stella. Bien que je ne bois pas de bière, on a trouvé ça rigolo de retrouver de la bière belge en promo en plein Beverly Hills. En revenant, on va prendre un verre au bar de l’hôtel qu’on a trouvé charmant : les prix ne sont pas exorbitants, l’ambiance est très bonne et les sièges sont super confortables. Ensuite, on remonte, on prend une bonne douche et on dîne en chambre en profitant une dernière fois de la vue qu’on a de notre chambre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 14:14

[b]Mercredi 25 août: If you’re going to San Francisco… You're gonna meet some gentle people there



Alors que le réveil était mis à 6.00, je suis levée dès 5.00 car je suis malade… Super, c’est justement aujourd’hui qu’on part à SF. Ça va être gai dans l’avion. Heureusement que les valises étaient faites parce que c’est dur, dur. La douche me fait un bien fou et me remet un peu d’aplomb. Vers 7.00, les bagages sont chargés et on prend la direction de l’aéroport. C’est la bonne heure, pas de monde, pas de bouchon. On arrive donc bien dans les temps à l’aéroport. Il nous reste à trouver le panneau de chez Hertz pour laisser la voiture. Ici aussi ça va très vite puisqu’il n’y a personne. On reprend nos bagages et on prend la navette pour l’aéroport. Une fois de plus, on gagne du temps grâce à notre check-in fait en ligne et aux cartes d’embarquement qu’on a déjà, on doit juste déposer nos valises. Après avoir passé le contrôle de sécurité, on cherche notre porte et une fois qu’on a bien tout repéré comme je me sens mieux, on va prendre notre petit déjeuner.



Le vol passe très vite, on découvre la côte très montagneuse et je cherche désespérément la fameuse faille de San Andreas qui devrait bien se voir de là haut. Bon, j’ai effectivement vu un relief plissé mais de là à dire que j’ai vu la faille, bof, bof. Toujours est-il que le paysage est très beau.

Pour faire presque simple et pour celui que ça intéresse : Cette fameuse faille coupe la Californie en deux et fait partie d’un système de failles beaucoup plus important qui résulte de la jonction entre la plaque tectonique du Pacifique et la Nord-Américaine (mouvement qu’on appelle transcurrence car les 2 plaques glissent l’une contre l’autre, aboutissant à la subduction – la disparition - de l’une d’elle). C’est à cause de ces failles qu’on prédit le fameux Big One, le plus grand tremblement de terre qu’on ait jamais connu et qui ferait disparaître la Californie. En attendant cet énorme séisme, il y en a déjà eu pas mal, l’un des plus importants étant celui de SF en 1906 (7,8 sur l’échelle de Richter) et qui a fait +/- 3000 morts.



Est-ce la faille ou bien juste un beau paysage?? Si vous la voyer faites-moi signe.






Arrivé à San Francisco, direction les bagages, et oh, surprise ma valise est arrivée avant nous… Mystère. Elle nous attendait à côté du tapis à bagages mais vu sa couleur (je vous rappelle qu’elle est vert pomme) je ne pouvais pas la rater. D’après ce que j’ai compris, elle a été embarquée dans le vol avant le nôtre.

On récupère le tout, on prend un taxi et direction SF. Il nous faudra une petite ½ heure pour apercevoir les premiers bâtiments de la ville.

Il est +/- 2.00 quand on arrive à l’hôtel : l’Argonaut (hôtel de la chaîne Kimpton). Situé sur Fisherman’s Wharf, à proximité du terminus du cable car, j’avais choisi cet hôtel car il était bien classé sur Tripadvisor et les photos m’avait fait craquée. Et il était tout simplement MAGNIFIQUE ! Une perle que je conseille à tout le monde.





Cet hôtel historique est installé dans l’ancien bâtiment des conserves de fruits Del Monte, il a gardé son côté entrepôt (on adore les lofts) et l’intérieur de l’hôtel est thématisé sur la mer et l’aventure.



Le bâtiment à l'origine


Dans l'hôtel, une petite expo retrace l'histoire de l'hôtel et on y retrouve une time capsule pour les générations futures


Pour ceux qui voyagent avec des animaux, sachez que cet hôtel est « pet friendly », tout est fait pour accueillir nos amis les chats et les chiens. Si vous allez sur le site officiel, vous verrez que cette chaîne d'hôtels propose des packages dans lesquels les animaux ont tout ce qu'il faut pour manger en chambre (waouh... ou plutôt waff, waff), un fauteuil,... D'ailleurs à l'accueil, il y avait un poisson qui s'appelait Pop-Eyes qui accueillait nos amis les animaux.

En plus du cadre extra, le personnel est super sympa, le bagagiste nous a parlé des restaurants de Bruxelles, de l’Europe,… Il était vraiment génial.

Comme on a pris le package « Adventure - bike the Golden Gate Bridge», on a les petits déjeuners inclus dans le restaurant de l’hôtel, et là non plus on ne sera pas déçu. L’hôtel propose aussi tous les soirs, entre 5.00 et 6.00, une dégustation de vins.

Petit tour de la réception et du salon juste à côté où la dégustation de vin était proposée. Comme vous le voyez, l'ambiance était cosy, à certains endroits on avait l'impression d'être installé dans un fauteuil sur le pont d'un bateau.










La chambre, quant à elle, est très spacieuse est correspond tout à fait à nos attentes. Un lit king-size, une salle de bain avec bain, bien insonorisée, tapis moelleux…













Et nous avions de magnifiques peignoirs...


Notre chambre qui donnait sur une ruelle bien au calme



Quand je vous disais que tout ici était dans le thème, même les costumes des portiers


Même les petits cartons pour mettre à la porte restaient dans le thème


Pour avoir des points de repère…

San Francisco fut fondée en 1776 par les religieux de la mission Dolores et les soldats espagnols du presidio, l’implantation qui deviendra SF se développe surtout à partir du pueblo voisin de Yerba Buena. Ce « village » grandit petit à petit et prend le nom de SF en 1846 après l’annexion de la Californie par les USA.

En 1848, la découverte d’or dans la sierra propulse SF dans le futur. La nouvelle se répand comme un feu de brousse, et des navires du monde entier débarquent des mineurs pleins d’espoir. Le petit village explose et devient une ville. Au tournant du 20è siècle, SF compte près de 400 000 personnes. C’est la plus grande ville à l’Ouest du Mississippi. Le séisme et l’incendie catastrophique qui en résulte en 1906 détruisent pratiquement tout le centre-ville, laissant 250 000 personnes sans abris et faisant plus de 600 morts ou disparus. La ville se reconstruira à la vitesse de l’éclair.

La commune de San Francisco s’inscrit grossièrement dans un carré d’environ 11 km de côté (+/-600,4 km² dont 120,9 km² de terre et 479,7 km² de surface aquatique). San Francisco est célèbre pour les plus de 50 collines situées à l'intérieur des limites de la commune9. Une « colline » san-franciscaine est définie par une altitude de plus de 30 mètres. Et ça nous allons très vite le découvrir…

On défait nos bagages, on range nos affaires et on part pour une première approche de la ville. Comme on arrivait dans l’après-midi, on devait juste se balader jusqu’à Lombard Street. Etant donné qu’il y avait un monde fou au terminus du cable-car et comme on n’a pas encore conscience de ce que valent les collines d’ici, on décide de remonter Hyde Street jusqu’à Lombard Street et on constate que… c’est haut, ça monte, c’est terrible mais la vue en vaut la peine.

Notre 1ère vision de la ville... très typique!


Et nous allons monter... Russian Hill qui doit son nom au fait qu'on aurait retrouvé un cimetière russe à cet endroit (des trappeurs russes y furent enterrés au 19è siècle).


Et oui, ça monte




En gravissant cette 1ère colline, on admire la vue... Le fameux Golden Gate Bridge, presque sans brume...


Alcatraz qu'on visitera samedi


Après avoir fait "un peu" de sport, nous arrivons en haut de Lombard Street. Cette rue très connue de SF descend en serpentant au milieu de jardins fleuris. C’est en 1922 qu’on a construit ses 8 virages en épingle à cheveux pour réduire la pente naturelle de 27% au 16% négociables par les voitures… Impressionnant et amusant: les piétons regardent tous les automobilistes qui tentent cette descente, et sans le savoir, ces gens se retrouvent sur nos photos...

La rue vue d'en haut






Et la rue vue d'en bas


Vue sur la Transamerica Pyramid depuis Russian Hill


On rejoint l’hôtel en passant par Fisherman’s Wharf, on y passera d'ailleurs toutes nos soirées.



L’ancienne zone portuaire de SF a changé de vocation en devenant l’un des pôles attractifs de la ville. A l’époque de la ruée vers l’or, les immigrants italiens, las du labeur de la mine, se tournent vers la pêche. Ce serait d’ailleurs pour ça que la plupart des restaurants du Wharf portent toujours des noms italiens.
Le premier quai, édifié en 1853, devint le pôle des activités maritimes de la ville, y compris la construction navale. Les progrès technologiques entraînèrent une exploitation excessive de la baie, qui ne permet plus qu’une pêche artisanale. Pour celui qui aime ça, il y a d’ailleurs moyen de réserver une journée de pêche en « mer » en partant d’ici.

On profite de cette pause pour aller à la dégustation de vin, on trouvera une chouette place sur les chaises longues du hall que vous avez vues en photo plus haut et ensuite on se prépare pour sortir.

En nous baladant, nous rencontrons un bateau qui revient d'une journée en mer




Comme on adore les produits de la mer, ici on est au Paradis. La seule difficulté, c’est de trouver ces produits cuisinés de façon « nature » et pas avec plein de sauce ou frits. J’avais repérer quelques restaurants sur Internet mais je n’avais fait aucune réservation. Après avoir lu quelques cartes pour être certains de notre choix, on se décide pour le Cafe Alioto’s.
On nous donne une table avec vu sur le port – excellent – et la carte est alléchante.



La vue sur le port depuis notre table, charmant, n'est-ce pas?



Quoiqu’on prenne, on a d’abord un bol de la fameuse clam chowder qui est délicieuse.

Ensuite, pour moi, ce sera la combinaison: 1/2 homard accompagné de quelques palourdes - ben, oui, on est aux USA, le homard tout seul ce n’est pas assez…



Et pour Vincent, ce sera le Dungeness crab


et un cheesecake


Total de cet excellent repas (les 2 plats, un desser et vin) avec les tips: 110 $.

En rentrant, on fait quelques boutiques, et on rencontre un Québécois qui vit à San Francisco avec qui on parle de l’Europe, du Canada et de Los Angeles car il partait vivre là-bas (à Venice Beach) car il n’aimait pas trop SF. Après cette chouette rencontre, on rentre à l’hôtel et au dodo car demain on a un programme bien chargé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 14:23

Jeudi 26 août: If you’re going to San Francisco… Tu auras les jambes musclées

Ce matin, on se réveil vers 7.00. En jetant un oeil à travers le volet, je vois que le temps n'est plus le même: il fait gris et on constatera, une fois dehors, qu'il ne fait pas très chaud. Finalement, nous prendrons notre petit déjeuner à l'hôtel (puisqu'il est compris dans le prix) bien qu'au départ, nous aurions dû le prendre au Fairmont Hotel (un hôtel historique à proximité d’Union Square). Nous nous préparons à l'aise, on se boit notre petit café au lit (ça c'est chouette, les hôtels qui pensent à mettre des machines à café dans les chambres).

Ce matin, nous découvrons donc The Little Mermaid... et c'est une excellente idée. Avec nos coupons, on a droit à toute la carte sauf le steak. Pour ce 1er petit déj à SF, on prend donc chacun un café, un jus d’orange et une assiette « typique » : œufs sur le plat, lard, pommes de terre et haricots à la sauce tomate.

Aperçu du restaurant


Et de notre assiette


Après ce bon petit déjeuner, on retourne mettre une couche de vêtement avant de partir découvrir Nob Hill, Chinatown, Financial District et Telegraph Hill (toute la zone entourée).



Il est 9.00 quand on monte pour la première fois dans un cable car, quel périple ! Le voyage est très agréable, on découvre la ville très escarpée et on croise d’autres cable car qui passent très proche de nous. Cette fois-ci, on s'installera assis dans la partie non vitrée mais plus tard dans le séjour, nous ferons le chemin accrochés aux barres - comme de vrais habitués. Le gripman (chauffeur) a la charge du freinage et du levier commandant les mâchoires qui pincent le câble. La vitesse de ce petit véhicule est d’environ 15 km/h. Je vous parlerais des cable cars un peu plus loin (lors de la visite du musée). Notre gripman était très sympa, comme on le filmait, il a même pris la pause et il taquinait les gens près de lui.







C’est rigolo et on ira comme ça jusqu’au terminus de la ligne Powell Street Station. Là, je pourrais enfin acheter le munipass (20 $/personne) car le kiosque était fermé à l’autre bout de la ligne, on a donc pris un ticket simple.

Arrivé au terminus, le gripman et le receveur font pivoter la voiture pour le retour.


On commence donc notre circuit par Union Square. Cette vaste place, qui a été entièrement reconstruite, abrite les enseignes les plus luxueuses de la ville et doit son nom aux manifestations en faveur de l'Union qui s'y déroulèrent pendant la guerre de Sécession. Au centre de la place, se trouve une colonne commémorant la victoire de l'amiral Dewey à Manila Bay pendant la guerre hispano-américaine de 1898.

Détails de la colonne qui se situe au centre de Union Square


Quelques vues depuis les environs d'Union Square




Notre grand tour, nous emmène d’abord voir les hôtels historiques dont le Fairmont Hotel et l’Inter-Continental Mark Hopkins. C’est du haut de celui-ci qu'on a une vue à 360° sur la ville depuis le restaurant Top of the Mark.

Fairmont Hotel




Inter-Continental Mark Hopkins


On traverse ensuite la rue pour visiter la Grace Cathedral. Si vous lui trouvez un petit air de Notre-Dame de Paris c’est normal… Et oui, car son modèle c’est bien la cathédrale parisienne. La différence tient dans sa structure car sous son apparence gothique et bien c’est du béton car elle possède une armature antisismique. Construite entre 1910 et 1964 sur Nob Hill, c’est la 3è plus grande église épiscopale des USA. Sur les murs intérieurs, des fresques rappellent l’histoire de la ville.







Les fresques sur les murs qui évoquent l'histoire de la ville




Nous partons ensuite visiter le musée du cable-car (musée gratuit) et découvrir tous les secrets de ce curieux engin…

Le fabricant de câbles Andrew Hallidie testa son premier cable car en 1873. En 1893, il faillit être remplacé par les trolleybus mais le rejet des câbles aériens, la corruption qui régnait à la mairie et le séisme de 1906 lui évitèrent finalement la disparition. Il resta utilisé dans les rues les plus pentues, tandis que le trolleybus assurait les dessertes plus longues. En 1889, on comptait 8 lignes alors qu’aujourd’hui ils n’en restent plus que 3 créant un réseau de 19 km de câbles.

Les câbles forment une boucle sous la chaussée, ils ont un diamètre de 3 cm. Six torons, chacun de 19 fils d’acier, entourent une corde dont la souplesse absorbe les chocs. L’usure impose le remplacement des câbles tous les 2 ou 3 mois (pour 20 000 $ pièces).

Le musée est juste après la cheminée




Une des anciennes voitures


Les fameuses roues qui tournent sans cesse et entraînent les les câbles


Après la visite du musée du cable car, on rejoint Chinatown en cable car.

Fondé vers 1848, ce quartier chinois rassemble la plus vaste communauté chinoise hors d’Asie. Les premiers immigrants chinois arrivent en Californie au moment de la ruée vers l’or, dans l’espoir de faire fortune et de rentrer en héros chez eux par la suite. Malgré les mesures racistes prises envers eux, beaucoup resteront notamment à cause des troubles agitant leur pays. Chinatown où régnait la misère, devient alors célèbre pour ses fumeries d’opium et ses maisons de jeu. Ce quartier semble plus typique que le Chinatown new-yorkais grâce à ses temples, ses façades colorées et sa Chinatown Gate. Néanmoins, on y trouvera surtout des vendeurs de souvenirs et autres « broles » par contre on est rentré dans un magasin beaucoup plus typique où il y avait de magnifiques souvenirs vraiment chinois dont les fameuses chaussettes pour tongues que j’avais découvertes au pavillon japonais d’Epcot. Je n’ai donc pas résisté, j’en ai acheté 2 paires pour ma sœur (vous savez la « Reine de la tongue ») et 2 paires pour moi.

C’est dans ce quartier que vous pouvez visiter la Golden Gate Fortune Cookies Company où vous assisterez à la fabrication de ces petits gâteaux « typiques » contenant une devise ou une prédiction. Quand je dis « typiques », ils le sont mais de SF car c’est ici qu’ils furent inventés.



Vue sur le San Francisco Oakland Bay Bridge depuis Chinatown




Chinatown Gate
C’est Taiwan qui fit don des matériaux de ce portail inauguré en 1970. Il s’inspire des entrées cérémonielles des villages chinois.


Notre tour nous emmène ensuite vers la Transamerica Pyramid en passant par le Financial Distric. Le quartier des affaires de SF a pour pôle Montgomery Street, où les mineurs venaient jadis faire peser leur poudre d'or dans de petites échoppes. Les "temples" de la finance qu'on peut voir datent du début du 20è siècle.









Avant d'arriver à la Transamerica Pyamide, nous entrons au Wells Fargo History Museum. Comme son nom l’indique ce petite musée (gratuit) retrace l’histoire de la Wells Fargo and Co qui, dès 1852, assura un transport régulier par diligence de passagers et de marchandises. On y voit des anciennes diligences, des pépites d’or, des armes,… mais aussi les premiers systèmes de téléphone et on peut même se faire prendre en photos pour que notre visage apparaissent sur des dollars…







On la voyait depuis un certain temps mais nous voici maintenant à ses pieds… Nous voilà devant la Transamerica Pyramid. Avec ses 260 m, c’est le haut gratte-ciel de la ville. Sa construction en 1972 souleva bien des protestations mais elle est devenue un des emblèmes de la ville. Sa forme reconnaissable permet de ne pas plonger les environs dans l’ombre. On ne sait pas la visiter.





Et un petit coucou aux pompiers en passant



Après ce beau petit tour, on devait prendre le bus pour rejoindre la Coit Tower mais dans un élan de folie, on décide d’y aller à pieds… Alors bien que ça monte très fort, on a vu un magnifique petit quartier qu’on aurait jamais vu si on y était allé en bus.

Ce petit quartier charmant est celui de Telegraph Hill. Cette colline doit son nom au sémaphore (sorte de télégraphe) qu'on y installa en 1850. Avant cela, on l'appelait la "colline aux chèvres". C'est l'un des rares quartiers qui est resté debout après le séisme de 1906 (ça on l’a vu au musée du cable car). On y monte grâce aux Filbert Steps. Ces escaliers montent entre les maisons et de magnifiques petits jardins plantés de fuchsias et de bougainvillées et de maisons en bois du 19è siècle.

Ça monte, ça monte mais ça vaut vraiment la peine: la vue est très jolie et les maisons sont charmantes…




Pendant qu'on monte, on prend quelques photos de la ville... C'est bizarre, on est les seuls à prendre les escaliers dans le sens de la montée... Etrange, non?




La Coit Tower... Cette tour, construite en 1933 en béton armé, haute de 63 m, ressemble à une lance d'incendie... et c'est normal car elle fut offerte par Lillie Hitchcock Coit pour les pompiers de sa ville. On peut y entrer et apercevoir des fresques sur la vie quotidienne à l'époque de la Grande Dépression ou encore prendre l'ascenseur et découvrir la ville depuis son sommet.





Quelques vues prises au pied de la Coit Tower


Alcatraz


Lombard Street qu'on avait descendu hier. D'ici, on voit bien les virages fleuris.


On redescend la colline par l'autre versant et on constate que les rues sont... comment dire? En pente!


Comme on est encore en pleine forme, on décide de poursuivre notre tour en changeant de quartier et d’aller découvrir Alamo Square quand voit sur beaucoup de photos de la ville. Comme il y a quand même un bout, on prend une 1er bus (surchargé) jusqu'à City Hall où on en prend un 2è qui nous mène jusqu'à Alamo Square.

St Peter and Paul Church se trouve sur notre route. Cette église catholique, construite en 1924, était le pôle de la ville sociale et religieuse de la communauté italienne. De style néogothique, on l'a souvent surnommé "l'église en massepain" à cause de ses pinacles (les petites pointes sur les tourelles) très décorées. Originalité: aujourd'hui encore on peut assister à des messes en italien et en cantonais.


City Hall. Il date de 1915 et est inspiré du classicisme français.


On arrive à Alamo Square. Le long de ce jardin verdoyant, on découvre les 6 fameuses « painted ladies », celles qu’on voit sur de nombreuses photos de la ville. Elles ont été bâties en 1895 et s’affichent au premier plan des gratte-ciel de Downtownn qu’elles dominent de près de 70 m.





Après ce très grand tour de la ville, on reprend le bus jusqu’aux environs de notre quartier. On découvre Ghirardelli Square en retournant à Fisherman’s Wharf. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est normal car la famille Ghirardelli a fondé la célèbre chocolaterie du même nom. Actuellement ce bâtiment abrite plus de 70 restaurants et commerces mais entre 1859 et 1962 c'était le bâtiment de la chocolaterie.



En regardant au large, on voit quelques bateaux historiques.




Avec tout ça on a une petite faim… On rejoint Fisherman’s Wharf et on craque pour la célèbre clam chowder. Un vrai délice. On aurait pu aussi craquer pour toutes sortes de bêtes… Huummm.

Et voici ma délicieuse soupe et ce n'est pas n'importe quelle soupe... Elle est célèbre jusqu'en Allemagne. Et oui, une Allemande m'a demandé s'il elle pouvait la prendre en photo.






On fait quelques achats en rentrant à l’hôtel et on est bien content de rentrer pour se reposer un peu.

Pour le dîner, on ira pas très loin: on mange à l'hôtel. Et ce sera un plateau d’huîtres et une coupe de cava. On adore ! 85$ avec les tips.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 14:32

Vendredi 27 août: If you’re going to San Francisco… Tu iras voir le Golden Gate (même s'il semble dans le brouillard)



Il est 7.00… le réveil sonne. Dès le réveil, même rituel qu’hier : café au lit, douche et on descend prendre notre petit déjeuner. Ce matin, on change, on prend tous les 2 : l’European Cold Plate : baguette tranchée, prosciutto et fromages et salade de fruits. Délicieux mais copieux. Le petit garçon à côté de nous âgé de +/- 5 ans, mangera une énorme salade de fruits et du pain perdu. On s’est demandé comment il faisait pour manger tout ça.

Notre petit déjeuner


Déco du restaurant


Avant de partir pour notre visite du jour, on remonte rajouter une veste – car il y a encore plus de vent qu’hier. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on abandonnera aussi l’idée de rejoindre le Golden Gate à vélo. On constatera qu’on a bien fait car le vent est vraiment très fort et en plus c’est pas la porte d’à côté.

On fait un premier morceau à pieds le long de l’eau et on rencontre des lions de mer qui nagent à l’aise là où il n’y a personne. Un peu plus loin, ce ne sont plus des lions de mer mais bien des nageurs qui s’entraînent.

Les lions de mer






Et les nageurs - quel courage


On rejoint Fort Mason. Ce complexe d’entrepôts et de casernes a été transformé en centre culturel depuis 1976: galeries d’art du SFMoMa et de la Long Now Foundation, associations, théâtres, café et restaurants. Ces organisations profitent des bâtiments d’une ancienne base militaire édifiée pendant la guerre de Sécession.



Notre route vers le Golden Gate se poursuit en bus. Arrivé sur place, on constate que nous ne sommes pas seuls (bon ça on s’en doutait un peu) et surtout qu’il y a moins de brume… Chouette, enfin on va le voir en entier.





Comme la Transamerica Pyramid, le Golden Gate Bridge est le symbole de la ville. Dès 1872, le magnat du chemin de fer, Charles Crocker, imagine un pont enjambant l’entrée de la baie, que John Fremont avait baptisée la « Porte d’or » en 1844. Ce n’est pourtant qu’en 1921 que Joseph Strauss, ingénieur visionnaire, propose un projet réaliste qui devra attendra plus de 10 ans avant de commencer sa construction. Son inauguration se fera en mai 1937. Le pont doit sa fameuse couleur à une peinture orange qui ne devait être, à l’origine, qu’une sous-couche antirouille.





Quelques chiffres qui impressionnent…
- Les 2 câbles soutenant le tablier se composent d’une longueur de fil d’acier suffisante pour faire trois fois le tour de la Terre.
- Par sécurité, le Golden Gate Bridge serait 5 fois plus résistant que ne l’imposent les courants et vents habituels.
- Sa construction dura un peu plus de 4 ans et, à son achèvement, il était le pont suspendu le plus long du monde (2,7 km)
- Plus de 41 millions de véhicules l’empruntent tous les ans.
- 200.000 piétons participèrent à l’inauguration en 1937.

Voilà à quoi ressemblent les gros câbles


Nous, on se baladera jusqu’au premier pilier. Ce qui nous permettra d'avoir une vue plongeante sur Fort Point. Ce haut fort de briques et de granit fut bâti en 1861 à l’emplacement d’une ancienne place forte espagnole. Pour plus d'infos, sur ce fort, je vous conseille de lire le TR de Yoda, qui l'a visité. C'est ici: http://lamagiepasapas.forumpro.fr/autour-du-monde-f24/san-francisco-et-resume-las-vegas-t615-15.htm





Plaque commémorative












De l'autre côté du pont: Sausalito.


Vue sur la ville depuis le pont... dans le brouillard


On reprend le bus pour, normalement rejoindre le Golden Gate Park mais ce bus-la, nous ramène à Fort Mason. Tant pis. On part visiter Pier 39.

Le Pier 39 fait partie de l’Embarcadero. Ces anciens quais remplissent des fonctions diverses depuis que le port d’Oakland assure le trafic maritime de la baie. Le plus connu des quais, est le Pier 39, qui a été réaménagé dans les années 80 et abrite des attractions ((dont l’Aquarium of the Bay où un tunnel transparent plonge au cœur de la baie de SF ; ou encore le National Liberty Ship Memorial que je vous explique ci-dessous)et de nombreux restaurants dont Bubba Gump où on pensait manger jusqu’à ce qu’on lise la carte et où il y avait effectivement des crevettes mais pas natures.

En nous promenant, nous avons découvert un magnifique magasin de déco de Noël : Seasons-Not Just A Christmas Store où il y avait des boules Disney que je n’avais jamais vues même à WDW et des thèmes très originaux. Malheureusement, je n’ai pas oser prendre de photos.







Les fameux seas lions










Bubba Gump


La valise et les chocolats de Forrest


En rejoignant l’hôtel, on découvre le restaurant Boudin, reconnaissable à son sillo… Je vous en reparlerai plus tard.


On va ensuite jusqu’au Pier 45 où sont amarrés 2 bâtiments ayant servi durant la 2è Guerre mondiale dont Yoda nous parlait dans son TR : http://lamagiepasapas.forumpro.fr/autour-du-monde-f24/san-francisco-et-resume-las-vegas-t615.htm

USS Pampanito qui a servi durant la 2è Guerre mondiale dans le Pacifique. Ce sous-marin lancé en 1943, coula 6 navires et en endommagea 4 autres.











Impressionnant cette hélice, n'est-ce pas?


Le navire Jeremiah O’Brien, qui porte le nom d’un capitaine de la Guerre d’indépendance américaine a servi pendant la 2è Guerre mondiale et il est l’un des rares survivants de l’armada américaine ayant débarquée en Normandie le 6 juin 1944. Il fut construit en seulement 56 jours et lancé en 1943. A noter qu’il est toujours opérationnel (on le verra d’ailleurs partir le lendemain).





Après tout ça, on a un petit creux, on décide donc, comme hier, de prendre à manger sur les quais : pour moi ce sera toujours leur excellente clam chowder, Vincent lui prendre un sandwich au crabe. Après ce bon petit repas typique, nous retournons nous reposer à l’hôtel.

Après ce petit repos à l’hôtel, on décide de retourner à Union Square pour nous adonner à une de mes passions… du shopping ! Nous ne devons pas faire 36 magasins, on a repérer le 1er jour, un Abercrombie, c’est donc tout naturellement là que nous irons faire quelques achats…

C'est les bras chargés (mais pas trop) que nous reprenons un cable-car pour rejoindre Fisherman’s Wharf. C’était sans compter sur une panne… On a attendu plus d’une ½ heure pour monter dans un de ces petits engins typiques. Un des cable-cars a dû être remorqué et à cause de cette panne, un embouteillage de cable-cars s’est créé… Rigolo !

Photos by night - pendant notre balade en cable car -




Arrivés sur Fisherman’s Wharf, on se laisse tenter par le restaurant Boudin (dont je vous parlais dans l’épisode précédent).



A l’origine, ce n’était pas un restaurant mais une boulangerie fondée par Isidore Boudin, un Français, qui s’installa à SF à l’époque de la ruée vers l’or. Dès 1849, il fonda une 1ère boulangerie. Depuis 1975, on peut découvrir les secrets de la boulangerie grâce aux démonstrations de ces boulangers. Sa spécialité est l’ "original San Francisco Sourdough French bread". Un pain rond au goût un peu différent dans lequel on sert la fameuse Clam chowder (dont je raffole).

Voici ce fameux pain


Et encore des pains


Nous passerons une très agréable (dernière) soirée à SF : le cadre est très beau, le serveur est très sympa et que dire du repas, si ce n'est une pure merveille !





On choisit le plat : « la fête au crabe ». On nous sert, d’abord une salade Caesar qui est suivie par notre fameux crabe cuit vapeur (rien ne vaut le naturel), des linguinis à la tomate et du pain grillé un peu aillé. J'oubliais un petit détail: pour ne pas se salir, on a droit à un superbe bavoir avec un gros crabe dessus... Je vais avoir du mal à tout manger mais c’était délicieux. L'addition s'élève à 125 $ tout compris (repas, vin et tips).

Une petite salade comme entrée


Et voici LA bête (et son "petit" plat de linguinis à côté)


Pendant que j’étais partie faire un petit tour, Vincent a sympathisé avec le serveur et qu’elle ne fut pas notre surprise quand il nous a ramené un petit dessert: léger et frais.



Après ce délicieux repas, nous arpentons une dernière fois Fisherman’s Wharf by night.


En rentrant à l’hôtel, on commence nos valises – et cette fois ça sent la fin de ces vacances – et on dodo car demain, on a encore une visite importante au programme : last but not least : Alcatraz !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Lun 11 Avr - 14:58

Samedi 28 août: If you’re going to San Francisco… Tu iras visiter Alcatraz



Notre petit rituel matinal étant bien rôdé, nous l’appliquons une dernière fois… On termine nos valises et on part prendre notre dernier petit déjeuner chez la Petite Sirène. Moi, je craque (une fois de plus) pour un petit déjeuner typique et Vincent prendre un bagel au saumon fumé et crudités.

Le petit déjeuner de mon chéri


On remonte une dernière fois dans notre chambre, pour fermer les valises et les descendre. On les dépose à la bagagerie de l’hôtel car nous ne repartons pas tout de suite. Ce matin, nous avons une réservation pour la visite d’Alcatraz. Dès juin, j’avais réservé le tout sur le site officiel de la croisière: http://www.alcatrazcruises.com/ et après quelques hésitations, nous avions opté pour la 1ère visite du jour (9.10), ce qui nous permettait de découvrir Alcatraz sans (presque) personne. Petit conseil : si vous comptez visiter The Rock, vous avez tout intérêt à réserver à l’avance via internet car sur place on voyait que tout était complet.

Bien que le départ est prévu pour 9.10, il est bien précisé sur les tickets l’heure d’embarquement : pour nous ce sera entre 8.40 et 9.00. Nous partons donc vers 8.00 de l’hôtel pour rejoindre Pier 33 (c’est de là que partent les bateaux) et on constate très vite que nous ne serons pas seuls. La « petite » croisière se passe très bien et arrivés sur place, nous sommes accueillis par un groupe de personnes en vêtements folkloriques de la Guerre de Sécession.

Alcatraz... On arrive!


Il n'y a que +/- 2,5 km entre SF et l'île mais qu'est-ce qu'il y a du vent et du courant. On comprend mieux pourquoi personne n'a réussi à s'évader (enfin presque...)




Golden Gate Bridge et la pointe de l'île


Accueil "style Guerre de Sécession"




Alcatraz est en fait une petite île. Son nom dérive du mot alcatraces, qui signifie pélicans, en espagnol car bon nombre de ces oiseaux y avaient trouvé refuge.





En 1850, un ordre présidentiel réserve ce site privilégié pour la construction d’un fort. Ce dernier est transformé en prison militaire en 1909. En 1933, le gouvernement fédéral décide d’ouvrir un pénitencier de haute sécurité sur ce rocher cerné par l’océan. Les détenus enfermés entre 1934 et 1963, enduraient une torture psychologique car ils se trouvaient au cœur d’un des ports les plus actifs du pays, ils entendaient sûrement le flôt de voitures empruntant les ponts en klaxonnant et assistaient au spectacle des paquebots qui franchissaient le Golden Gate Bridge… Tout ça leur rappelait que la vie était proche… et la liberté inaccessible. Enfin, l’île fut occupée par les Amérindiens entre 1969 et 1971.

Tous les gens qui débarquent s’arrêtent au point d’info en bas du rocher, du coup, on en profite et c’est presque en courant que nous rejoignons le haut du rocher et donc l’entrée de la prison.

Le phare qui surplombe un bloc de cellules fut construit en 1854, il était à l'époque le 1er phare de la Côte Ouest, il fut remplacé et automatisé en 1909.




On rejoint donc rapidement l'entrée de la prison... C'est quand même bizarre de se dépêcher pour "rentrer" en prison... Mais c’est une très bonne idée : ici, il n’y a personne. On est dans les premiers – je peux vous assurer que c’est bien plus agréable pour visiter ce lieu « mythique ».





Arrivés dans la salle des douches, on nous donne un audio-guide très bien fait et très pratique pour la visite : tout est raconté par un ancien gardien et d’anciens détenus et selon les salle, il y a des bruits de fond qui nous mettent dans l’ambiance. On est paré, la visite peut commencer...

La salle des douches


Bâti en 1911 par des prisonniers militaires, le bâtiment de détention, qui fut un temps le plus grand édifice en béton du monde, comprenait 4 blocs de cellules. Celle-ci, au nombre de 390, hébergèrent une moyenne de 260 détenus.





Les prisonniers avaient donné des noms à certains couloirs. C’est ainsi que le couloir séparant les blocs C et D portait le nom de Broadway et que le dernier « croisement » se nommait Times Square.

Une cellule


Alcatraz est connu pour avoir "hébergé" un des gangsters les plus connus des USA: Al Capone (entre 1934 et 1939). On raconte qu'il a continué ses affaires dans la prison en corrompant des gardiens.

Petite photo de "famille" des plus détenus les plus connus


Serait-ce la cellule d'Al?


Le détenu qui enfreignait le règlement très strict du pénitencier partait pour le bloc D et l’une de ses 42 cellule d’isolement, plongées dans l’obscurité.


Le bureau des gardiens


Les prisonniers étaient soumis à une interdiction absolu de parler. Par leur bonne conduite, certains parvenaient à obtenir le droit de venir faire quelques pas dans la cour. Ils pouvaient ainsi quitter leur cellule, où ils passaient de 16 à 23 heures par jour, pour se retrouver enfin à l’air libre.


La légende dit que jamais personne n’a réussi à s’évader totalement d’Alcatraz. Pourtant en 29 ans d’opération, 36 détenus ont essayé de s'évader lors de 14 tentatives différentes. Sur ces 36 évadés, 23 furent rattrapés, six furent tués par balle et trois se sont perdus en mer et ne furent jamais retrouvés. Il y eu des tentatives plus sanglantes que d'autres, c'est le cas de celle qui eu lieu entre les 2 et 4 mai 1946. Connu sous le nom de « Bataille d'Alcatraz », cet incident fut créé par 6 prisonniers qui tentèrent de prendre la fuite en maîtrisant les gardiens et en prenant possession des armes et des clés de la prison. Durant le combat, 18 gardiens furent blessés et deux furent tués. L'armée intervint le 4 mai et les corps de trois des prisonniers sont retrouvés dans la prison. Deux preneurs d'otages sont condamnés à la peine de mort (ils seront gazés à San Quentin en 1948), et le troisième âgé de 19 ans, à une seconde peine à perpétuité.



La fameuse clé qui fut volée


Parmi les évasions les plus connues, il y a celle de Frank Morris et des frères John et Clarence Anglin, rendue célèbre par le film L’Evadé d’Alcatraz avec Clint Eastwood. Le 11 juin 1962, ils ont disparu de leur cellule dans la nuit (en laissant des têtes en papier mâché à la place de leur tête) via les bouches d’aération et on ne put jamais les retrouver. On retrouva, par la suite, des effets personnels dans la baie et plusieurs semaines plus tard, un corps en tenue bleue (comme celui des détenus) est repêché mais il ne put jamais être identifié.





Les repas étaient l’un des rares plaisirs des prisonniers, qui étaient en général bien nourris pour éviter les révoltes. Les menus étaient affichés à l'entrée de la cuisine.


La salle à manger


Une des règles de la prison


Vue sur SF depuis la prison


La maison du directeur - Warden's House - possédait 17 pièces spacieuses et offrait une vue parnoramique sur la baie. Un incendie l'a ravagée en 1970.


Le château d'eau et plus loin la cheminée que vous apercevez, c'est celle de l'incinérateur de l'île


Le Jeramiah O'Brien, dont je vous parlais dans l'épisode du vendredi, prend la mer


Bye Bye Alcatraz




On revient vers SF


C'est sur cette chouette visite que notre séjour à SF se termine.

Il est aux environs de 13.00 quand nous décidons de partir vers l'aéroport. Nous arriverons bien dans les temps. On dépose nos bagages à l'extérieur car nous avons déjà nos cartes d'embarquement (qu'on a imprimées la veille à l'hôtel), on passe les contrôles de sécurité et on patiente devant notre porte. A l'heure prévue, on embarque. Bien que nous soyons sur la même rangée, j'embarque avant Vincent, je m'installe et 5' plus tard, il me voit ressortir de l'avion... On attendra une heure pour réembarquer car... Il n'y avait pas de pilote dans l'avion! Non, non, ce n'est pas une blague, Monsieur le commandant n'était pas là!

Plus d'une heure plus tard, le rituel reprend et on arrive à LA avec au moins 2 heures de retard. C'est épuisé qu'on prend la navette pour le Radisson qui se situe à côté de l'aéroport. Même si l'accueil fut sympa et le lit très confortable, ce Radisson n'a rien à voir avec les hôtels de la même chaîne que nous avions déjà testés en Europe. C'est pas terrible, terrible, pour une nuit ça ira mais sans plus. Au retour, on écrira d'ailleurs pour expliquer notre déception.

Dimanche 29 août: L'Europe nous rappelle à elle

C'est vers 4.30 du matin que le réveil sonne. Grâce à la machine à café de la chambre, on prend le dernier café au lit de notre séjour. Une bonne douche - avant de nombreuses heures de vol - et direction l'aéroport où nous prendrons notre petit déjeuner. Après les formalités habituelles, nous sommes prêts à revenir en Europe en passant par le Canada (nous volons avec Air Canada - excellente compagnie). Le 1er vol, nous emmène à Toronto où nous avons un arrêt. On sort de l'avion avec nos bagages à main, on fait un petit tour d'aéroport, on retourne à la porte d'embarquement, on attend encore et on réembarque dans le même avion et à la même place - orginal... On range nos bagages à main, on s'installe, on s'attache et... on ne peut pas partir à cause d'un coffre à bagage situé à proximité de nous qui semble cassé. L'hôtesse essaiera de le fermer et là on entend un gros "crack", il aura fallu appeler la maintenance pour réparer tout ça... Ils sont comiques chez Air Canada! Après au moins 1/2 heure de travail, enfin, on peut partir!

Notre vol retour se passera très bien, arrivés à Bruxelles, on récupère nos bagages. Bye, bye l'aéroport et direction la maison...

Voili, voilà... Après de nombreuses semaines d'attente j'ai enfin fini de vous raconter nos fabuleuses aventures en Californie.
En résumé: c'était génial (comme d'habitude). On a adoré découvrir le premier parc Disney, on est content d'avoir vu LA et on est tombé amoureux de SF. Et on se voit très bien y retourné!

See you soon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wyatt earp

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 26/01/2010
Age : 39
Localisation : compiègne

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Mar 12 Avr - 12:22

Salut, et tout d'abord merci pour ce TR, que je trouve agréable à lire car très documenté, très structurés, et surtout TRES passioné !

C'est très sympa de ta part de faire ça ici d'autant qu'il est vrai que ce forum n'a jamais vraiment débuté.

Il faut dire, d'après ce que m'a expliqué un jour Thierry, qu'il l'avait crée à un moment ou finalement il n'était pas dispo pour en faire ce qu'il aurait voulu, mais un jour peut-être...

J'ai pris le temps d'en lire une bonne partie, mais les photos ne se sont pas affichées, peut-être trop lourde? Ou un bug ?

De tous les parcs type MK que tu as visité, quelles sont dans chacun d'eux, les points qui te plaisent le plus? Ambiances? Lands? Attractions? Il y en a t-il un que finalement tu préfère? Et pourquoi?

Concernant IJA, il me semble que c'est exactement le même parcour que DINOSAUR à AK, mais comme les scènes sont très différente il est difficile de s'en apercevoir, alors des 2 lequel est le plus réussi selon toi?

Ton commentaire sur le côté un peu "fête foraine" de DCA, me rappel le sentiment que j'avais eu à AK dans Dinoland. Ca donne le sentiment que chez Ima parfois ils pètent les plombs, ou sont en manques d'inspiration, ou encore (et je penses que c'est plus ça) que les coupes budgétaires, et les décision de la direction de l'époque provoque ce genre de loupé!

Est-ce que c'était ta 1ère visite à Disneyland resort ? Et en Californie?

10 jours pour autant de décallage n'est-ce pas trop peu? Surtout avec autant d'heure de vol? ça a probablement passé trop vite, comme tous bon voyage?
(A préciser que pour ma part hormis New-York 10 jours, et 10 jours en Floride, sinon pour le reste: Californie, Utah , Arizona, Nevada, puis l'an dernier: Louisiane, mississipi, Tenessee, Georgie, Caroline du sud, Alabama) j'ai toujours fait en 20 jours. En conséquence il y a t-il des choses que vous auriez voulu voir en Californie et que vous n'aviez pas pu faute de temps?

As-tu d'autres projet de voyage aux USA dans les années à venir? Où?

Merci encore pour m'avoir fait partager ce bon moment?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samie

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 14/02/2010
Age : 37
Localisation : Mouscron - Belgique

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Mer 13 Avr - 13:12

Hello,

Merci beaucoup pour ton commentaire, je vais essayer de répondre à toutes tes questions (j'espère n'en oublier aucune).

Pour les photos, chez moi elles s'affichent toutes mais ça met du temps. C'est certainement parce qu'il y a en a beaucoup.

"De tous les parcs type MK que tu as visité, quelles sont dans chacun d'eux, les points qui te plaisent le plus? Ambiances? Lands? Attractions? Il y en a t-il un que finalement tu préfère? Et pourquoi?"

J'avoue que je n'ai pas de préférence. J'aime les 2 versions américaines qui proposent des lands différents de Paris et surtout un public beaucoup plus "dedans" et respectueux des autres contrairement à DLP. En Californie, j'ai beaucoup aimé le quartier qui représente la Nouvelle-Orléans et ISW où on retrouve certains personnages de dessins animés. L'attraction avec les sous-marins pour aller voir Nemo est plutôt bien réussie. En Floride, j'aime beaucoup l'ambiance de Liberty Square et sa version de la Maison hantée. Juste pour une question d'heures d'avion et des possiblités sur place, je préfère WDW (où nous avons déjà été 4 fois et qui reste dans nos projets futurs) et puis à WDW, j'adooore EPCOT!

"Concernant IJA, il me semble que c'est exactement le même parcour que DINOSAUR à AK, mais comme les scènes sont très différente il est difficile de s'en apercevoir, alors des 2 lequel est le plus réussi selon toi?"

Effectivement, il y a un (grand) air de famille. Le thème étant très différent, on ne s'en rend pas compte tout de suite mais je trouve que les 2 sont d'une très grande réussite. Ma préférence irait sûrement à IJA, juste parce que je n'aime pas trop les dinosaures.

Est-ce que c'était ta 1ère visite à Disneyland resort ? Et en Californie? 10 jours pour autant de décallage n'est-ce pas trop peu? Surtout avec autant d'heure de vol? ça a probablement passé trop vite, comme tous bon voyage? En conséquence il y a t-il des choses que vous auriez voulu voir en Californie et que vous n'aviez pas pu faute de temps?

Effectivement, c'était notre première visite en Californie mais notre 5è voyage sur le sol us depuis 2007(à l'époque). C'est vrai que comme tout bon voyage, le temps est passé très (trop) vite mais nous avons vu tout ce que nous voulions. Je sais qu'il y a de magnifiques circuits à faire dans les parcs nationaux mais comme on est plutôt ville, nos visites nous semblaient parfaites. Et puis, on a eu un gros coup de coeur pour San Francisco.

Point de vue timing, on a souvent ce genre de vacances:
Août 2007: 12 jours à Walt Disney World
Décembre 2008: 5 jours à New York
Décembre 2009-Janvier 2010: 3 jours à NY suivis de 12 jours à WDW
Avril 2010: 5 jours à Las Vegas suivis de 5 jours à WDW
Août 2010: 10 jours entre Disneyland, LA et San Francisco
Janvier 2011: 4 jours à WDW et 3 jours à Washington
Mars 2011: 1 semaine à NY

Comme tu peux le voir, on est toujours dans le même nombre de jours de voyage. Le plus difficile c'est quand on revient, car il est arrivé plusieurs fois qu'on revenait le dimanche, et je travaillais dès le lundi. Mais, le fait d'avoir plein de choses à raconter à mes collègues me motive pas mal.

"As-tu d'autres projet de voyage aux USA dans les années à venir? Où?"

On serait bien retourné en août (à WDW ou ailleurs aux USA) mais cette année je trouve que le prix des billets d'avion ont explosé, et puis, on est déjà parti 2 fois sur 3 mois! On pensait peut-être retourner à WDW pour fêter Halloween mais, en vieillissant, on devient raisonnable et on se dit qu'une semaine c'est court. Alors, on pense à l'année prochaine: pour nous l'idéal serait un long séjour à WDW (oui, oui encore mais on adore) ou un tour dans le Nord-Est des USA ou pourquoi pas les deux si on sait avoir assez de vacances. Pendant un moment, on pensait faire un tour du Japon (et Tokyo Disneyland) et un passage par Hong Kong mais vue les conditions, ce ne sera pas pour maintenant.

Voilà, j'espère avoir répondu à toutes tes questions.

Je vois que toi aussi, tu as déjà bien visité les USA. As-tu d'autres projets?








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wyatt earp

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 26/01/2010
Age : 39
Localisation : compiègne

MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   Mer 13 Avr - 17:09

Merci pour ces réponses.

D'autres projets USA ? oui: Route 66 avec 3/4 à Chicago et idem 3/4 jours a l'arrivée à LA, mais avant de monter ce projet j'attends la refonte de DCA. Donc ce sera pas pour cette année.

Puis également un voyage en Floride, afin de découvrir le nouveau Fantasyland .
Je ne suis pas retourné dans les parcs de WDW depuis 2008 par contre cet été j'ai fait un rapide crochet de 2 jours par Universal Orlando pour découvrir le nouveau land Harry Potter et franchement c'est d'un excellent niveau!! La concurrence devient rude pour Disney, l'immersion, le souci du détail si cher aux parcs Disney est à coup sur de plus en plus suivit de prêt, voir même à mon sens surpassé par Universal, sur ce coup là, même si pour moi côté cœur, souvenirs, nostalgie, c'est toujours Disney qui a ma préférence même sur des attractions de type dark ride jugé rétro aujourd'hui .

Pour la Californie, oui il y a 2 très beau parcs dans la sierra Nevada: Yosemite et Sequoïa NP, la nature y est impressionnante cascades, lacs, falaise et séquoia géant qui nous font sentir tout petit à coté. Les animaux sauvages y sont aussi très présent : Ours, dains, troupeau de dindons sauvage, coyote....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre Mickey, LA et San Francisco   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Mickey, LA et San Francisco
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les loups ne se mangent pas entre eux
» bouton mickey
» Est-ce que votre BC ferme entre Noël et le Jour de l'an?
» Mickey Contractor : vos avis sur la collection avant craquage !!
» Mes craquages mickey contractor, cham pale et stylishy yours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CARNETS DE VOYAGE :: aux Etats-Unis-
Sauter vers: